VTC contre taxis et la valeur d’usage

de | 03/10/2015

La loi vient de passer : tous les chauffeurs de taxis devront prendre la carte bancaire.

Ceci ne résoudra pas grand chose: je vois déjà les arguments poindre « pas de réseau », « il ne marche pas », « la banque doit m’en fournir un », etc.

J’ai suffisamment pris les taxis pour savoir qu’ils sont, en très grande majorité, hautains, méprisants, parfois tricheurs (ah, ce chauffeur de taxi de Marseille qui m’expliquait que ses collègues dégonflaient leurs pneus pour faire tourner le compteur plus vite, comme quoi il n’y a pas que les VTC qui ont leurs pneus dégonflés; ou bien une amie Australienne qui payé 35 euros pour faire gare du nord – châtelet), et que le client doit être au service du chauffeur et pas l’inverse.

Or, la valeur est ni dans le produit, ni dans le service, mais dans l’usage.

Dans l’usage d’un taxi, il y a deux moments stressants: la prise de commande (y a-t-il un taxi de libre ? Et si oui, va-t-il condescendre à m’emmener là où je souhaite ou bien va-t-il m’expliquer que c’est pas son chemin, ou bien que c’est un trajet trop court, etc..), et le paiement en fin de course.

Ah, la fin de la course. C’est toujours un moment où on a peu de temps: on ne veut pas rater son avion, son train; on veut être à l’heure à son rendez-vous. Et comment se passe la fin de la course dans un taxi ? Un type qui vous dit qu’il ne prend pas la carte (ça va continuer), qui prend son temps à vous rendre la monnaie, qui vous demande s’il vous faut une fiche, fiche qu’il remplit avec une conscience toute scolaire, remplissant un ticket paragon datant du XIXème siècle, écrivant lentement et laborieusement de magnifiques pleins et déliés avec un stylo bic, qui une fois sur deux me marche pas, le forçant à chercher un autre stylo; vous demandant une fois sur trois de remplir vous même la destination, si ce n’est pas le montant, voire vous donnant la fiche vierge, à vous de vous débrouiller.

Les VTC ont compris ça : la prise de commande par Internet est facile, et la course se termine par le chauffeur vous ouvrant la portière en vous souhaitant bon voyage. La facture sera sur Internet en pdf, pas la peine de scanner une fiche.

Notre élite qui nous gouverne ne prends jamais le taxi. Donc, ils ne savent pas tout ça. Cette loi est inutile; elle ne résout quasiment rien en terme d’usage.

Il aurait mieux valu favoriser l’innovation, favoriser les VTC et leur compréhension des usages, et laisser mourir ceux qui refusent de muter et offrent une qualité de service de plus en plus déplorable.

Seulement voilà, notre élite est gouvernée par la peur.

Heureusement, une fois de plus, c’est le peuple qui s’en chargera; en prenant de moins en moins le taxi. Cette profession va mourir à petit feu, n’ayant pas compris qu’un gouvernement faible n’est rien face à des citoyens responsables et intelligents.

 

 
Catégorie : Non classé

Une réflexion au sujet de « VTC contre taxis et la valeur d’usage »

  1. daniel breton

    Serge, comme toujours grand plaisir de lire un billet… surtout un billet d’humeur/humour.
    Je reviens quand même sur ton assertion, les élites ne prennent pas les taxis… as-tu déjà oublié que certain(e)s non seulement les prennent intensément mais en plus semblent les considérer comme un moyen de transport familial :-(
    Mais peut être ne paient-ils jamais directement la course
    Amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *