Petit cadeau pour cette fin d’année…

By | 26/12/2013

Also available in : Anglais

Les temps sont troubles, personne ne le niera.

Alors, plutôt que de parler de rupture, je préfère parler de Renaissance, de cette époque où le monde était écartelé entre les valeurs du passé qui empêchaient de progresser, et la technologie qui, au contraire, tirait vers des contrées inexploitées, magnifiques et fondamentales; et avec elle l’art. Est-ce ce que nous vivons aujourd’hui ? Probablement. Jamais autant la science n’a été aussi riche de puissantes découvertes, et jamais les gouvernants n’ont été aussi retardataires, rétrogrades, nous plongeant dans des ténèbres que l’on pensait pourtant oubliés à jamais. Ceux qui parlent le plus d’innovation aujourd’hui sont ceux qui en font le moins. Et vice-versa.

Pour l’illustrer, permettez-moi déjà de partager ce que j’ai modestement dit sur la Renaissance technologique à l’APM, lors de leur convention annuelle, en octobre 2013.

Et puis, surtout, je voudrais vous faire cadeau d’un texte que j’ai toujours considéré comme inspiré d’un remarquable humanisme profond, un extrait d’une très grande pièce de théâtre… Puisse-t-il nous aider à ne pas perdre, voire à retrouver les fondamentaux.

Je vous souhaite à toutes et tous une très bonne fin d’année 2013.

Wang :
Avant que votre apparition ne m’ait réveillé, Inspirés, je rêvais et j’ai vu ma chère sœur Shen Té en pleine détresse dans les roseaux du fleuve, à l’endroit où l’on retrouve les suicidés. Elle vacillait étrangement et courbait la nuque comme si elle traînait quelque chose de mou mais de lourd qui la faisait s’enfoncer dans la vase. A mon appel, elle m’a crié qu’elle devait transporter le ballot des préceptes sur l’autre rive sans qu’il soit mouillé, car sinon les caractères s’effaceraient. Je suis formel, je ne voyais rien sur ses épaules. Mais effrayé je me suis rappelé que vous, les dieux, vous lui aviez parlé des grandes vertus, pour la remercier de vous avoir pris chez elle, alors que vous recherchiez un gîte, ô honte ! Je suis sûr que vous comprenez le souci que je me fais pour elle.

LE TROISIEME DIEU :
Que proposes-tu ?

Wang :
Un petit rabais sur les préceptes, Inspirés, Un petit allégement du ballot des préceptes, Bienveillants, vu que les temps sont hostiles.

LE TROISIEME DIEU :
Tel que, Wang, tel que ?

Wang :
Tel que, par exemple, ne serait exigé que de la bienveillance au lieu de l’amour, ou…

LE TROISIEME DIEU :
Mais c’est pourtant encore plus difficile, malheureux !

Wang :
Ou de l’équité au lieu de la justice

LE TROISIEME DIEU :
Mais cela représente plus de travail !

Wang :
Alors de la simple décence au lieu de l’honneur

LE TROISIEME DIEU :
Mais pourtant c’est plus, incrédule !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *