Prosper: un modèle ouvert de prêts communautaires

By | 11/11/2012

Les années 2005 ont vu fleurir des plateformes de « social lending », ou « peer to peer lending », qui permettent à des particuliers de prêter de l’argent à d’autres particuliers.

J’avais été attiré par Prosper, qui me semblait une marketplace ouverte et dynamique, délivrant plus de statistiques que son concurrent Lending Club.

Rappelons quelques principes de base de Prosper: toute personne désirant emprunter de l’argent dépose un listing. Le montant demandé ne peut dépasser 25000$. Chaque emprunteur possède un rating, qui va de AA (excellent) à HR (High Risk). Le taux d’intérêt est maintenant fixé par prosper, selon le tableau suivant.

Comme tout bon modèle communautaire, l’emprunteur se décrit lui-même, la raison de son emprunt, et va parfois même jusqu’à ouvrir son modèle économique personnel: revenus et dépenses mensuels. Une preuve de plus que l’information est partout, et surabondante.

Prosper, comme la plupart des plateformes de ce type, a été fermé par la SEC entre novembre 2008 et juillet 2009. A sa réouverture9, les règles sont devenus plus drastiques, entraînant une baisse significative des défaillances.

En novembre 2012, Prosper représente une communauté de 1,5 million de membres qui a déjà fait circuler 424 millions de dollars. Cette somme est impressionnante, sachant la limite supérieur des prêts.

Encore plus intéressant: le taux de défaillance est inférieur à 4%. La transparence étant la base de la communauté, Prosper fournit des statistiques globales, mais aussi des éléments détaillés sur la performance et sur la défaillance.

Sur le plan marketing, Prosper propose une offre d’affiliation permettant à tout référent de gagner un peu d’argent. Sur le plan technique, Prosper publie des interfaces de programmation (API), qui permettent à des développeurs d’accéder directement à son système d’information. Notons que cette combinaison d’API ouverte et de programme d’affiliation devrait être la base de toute innovation ouverte, comme je l’ai expliqué ici.

Pour terminer sur la dynamique aux US des prêts en peer to peer, Kiva qui est dans l’entraide pure, sans taux d’intérêt, a fait circuler 370M$ avec un taux de défaillance de l’ordre de 1%, et le numéro un, LendingClub, vient de dépasser le milliard de dollars.

A l’époque de la fermeture de Prosper, beaucoup de critiques avaient prédit la fin de ce genre de modèle en peer to peer. Le pragmatisme et la dynamique d’innovation Américaine ont montré l’inverse.

 

12 thoughts on “Prosper: un modèle ouvert de prêts communautaires

  1. Pingback: Anthony

  2. Pingback: H o ʍ l e t t

  3. Pingback: MIK Partners

  4. Pingback: Karim Abdelmoula

  5. Pingback: Stephane Mazzorato

  6. Pingback: Acemis

  7. Pingback: Maxime Topolov

  8. Pingback: Bordelais

  9. Pingback: libourne

  10. Pingback: serge soudoplatoff

  11. Pingback: Arnaud@Thurudev

  12. Pingback: Nicolas BLAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *