Les mondes virtuels toujours bien vivants

By | 16/05/2011

Il est de bon ton de déclarer que les mondes virtuels ne sont que des gadgets, que Second Life est mort, etc… Les deux conférences auxquelles je viens de participer montrent exactement le contraire.

FCVW

La première fut organisée par le « federal consortium for virtual worlds« , une initiative qui structure l’usage des mondes virtuels par les différentes administrations américaines. Nous retrouvons là un schéma bien connu, le rôle de l’administration dans les nouvelles technologies, pas seulement en investissant, mais en devenant utilisatrice. Je ne le dirais jamais assez : une start-up a tout autant besoin de clients exigeants que d’argent du gouvernement.

La conférence du FCVW se tenait sur deux journées, son hashtag sur twitter étant #fcvw11 Malheureusement, l’une des journées était à cheval avec la deuxième conférence à Boston; il y a si peu de conférences intéressantes sur les mondes virtuels, c’est regrettable. On pouvait participer à la conférence en réel ou bien via un monde virtuel, au choix parmi les quatre plateformes retenues officiellement par le consortium. Le panel que j’ai monté était même proposé en réalité mixte. Il y avait tout le gratin des mondes virtuels aux US, avec un focus bien sûr militaire, mais pas seulement. Par exemple, la présentation du projet « Kensas to Cairo » qui montre comment SL a été utilisé pour connecter des étudiants en architecture dans les deux pays.

David Smith, le directeur de l’Innovation de Lockheed Martin, a présenté le « virtual world framework » mis en place par le DoD. En synthèse, un monde virtuel devrait:

  • être scalable
  • être distribué
  • être sécurisé
  • être open source
  • être standard
  • être future proof (bien que ce terme soit pas facile à définir)
  • pouvoir supporter tout type de modèle économique

On comprend pourquoi Second Life n’a pas été retenu parmi les plateformes du fcvw !

Il faut noter aussi l’extraordinaire speech de MK Haley, de Carnaghie Mellon University. Entre autre, elle nous a projeté cette magnifique vidéo sur l’innovation, ou le paradigme du marshmallow. Je conseille d’écouter tout, mais surtout, j’ai éclaté de rire au vu du classement !

 

Je n’ai pas vu la présentation de Chris dede sur l’éducation, mais on peut en retrouver le dessin fait par botgirl pendant la conférence.

 

Dans tout ce qui se rapportait, de près ou de loin, au gouvernement 2.0, l’élément fort qui justifie les mondes virtuels est le « citizen engagement »; autrement dit, comment faire en sorte que les citoyens s’impliquent plus dans la politique. Beaucoup attendent des mondes virtuels, et surtout de leur côté « fun » pour atteindre cet objectif.

IED Boston

Cette conférence est une initiative régulière organisée par un groupe de passionnés de l’apprentissage immersif, le media grid. Elle se tenait sur trois journées, son hashtag étant #ied2011.

Originaire de Boston, ce groupe vient de créer son chapitre Européen, qui devrait organiser un IED en Europe vers le mois de décembre.

J’ai pu assister à des présentations d’apprentissage immersif dans ce qui se nomme aux US K-12, c’est à dire de la maternelle au baccalauréat. Beaucoup de vidéos, disponibles sur youtube, ont été montrées, avec à chaque fois la même caractéristiques: des gamins enthousiastes de se promener dans un monde virtuel, et d’apprendre en s’amusant.

Le rôle d’IED est très important: il consiste à fournir aux enseignants des outils leur permettant de réaliser des expériences plus ou moins immersives.

Parmi ces outils, il faut noter MiRTLE, un environnement permettant de faire de la réalité augmentée dans une salle de classe. Cet environnement utilise wonderland. On trouve ici une description d’usage de cet environnement dans une école de St Paul, Minnesota.

 

Cette vidéo montre un exemple d’usage de cet environnement.

 

D’une manière générale, les environnements opensource sont privilégiés. Wonderland, RealXtend, opensim sont les plus utilisés; VastPark est en cours d’investigation. Pour la même raison, Second Life est peu appréciée.

A Greenbush, dans le Kensas, un lab a été créé qui étudie toutes les formes immersives d’éducation, le Greenbush labs, qui porte entre autre le projet edusim3D.
Rosemary Talab et Rich White ont montré un usage intéressant de la plateforme dans une école rurale.

Et voici un exemple d’usage d’Edusim2D

En Europe, Pasi Mattila nous a montré une démonstration des outils qu’il met en place pour l’école du futur à Oula, en Finlande. Et surtout, Michael Gardner, de l’Université d’Essex, nous a présenté le projet Européen +Spaces, qui a pour objet d’engager les citoyens à participer à la vie politique au travers des mondes virtuels. Micheal a mis l’accent sur le rôle important du jeu de rôle dans cet engagement. Si seulement le maire de Paris avait écouté, et favorisé les riverains du forum des halles qui ont organisé le concours d’aménagement dans second life. Mais hélas, comme dit Billaut, nos élites politiques sont très autistes…

Synthèse

Les mondes virtuels sont bien vivants, et leurs usages commencent à faire leur preuves. Les freins sont en train de disparaître, avec entre autres l’arrivée de plugin dans les navigateurs, et bientôt des clients natifs webgl et html5, qui permettront de surfer sans téléchargement préalable.

La combinaison de la réalité augmentée et des mondes virtuels est en train de se faire.

Pour l’instant, les enseignants utilisent les mondes virtuels, mais pour faire des cours selon des formats traditionnels. La première étape semble être de voir comment les gamins (et les profs) s’approprient ces environnements. La réponse est claire : il leur faut cinq minutes pour comprendre les bases de la manipulation des avatars. En revanche, la remise en cause des méthodes pédagogiques n’est pas d’actualité. Il n’y a que très peu de « gamification » des cours, une des raisons étant le programme imposé par les états…

En revanche, tout comme pour fcvw, il y a une grande attente sur l’engagement des élèves via le monde virtuel. La brique qui manque, et qui est en cours de réflexion tant aux US qu’en Europe, est l’évaluation pédagogique de la méthode.

Dans le secteur éducatif, les mondes virtuels sont vraiment dans une phase pré opérationnelle.

 

40 thoughts on “Les mondes virtuels toujours bien vivants

  1. Pingback: serge soudoplatoff

  2. Pingback: Les mondes virtuels toujours bien vivants | Educació i Móns Virtuals | Scoop.it

  3. Pingback: Marc Fulconis

  4. Pingback: metopen

  5. Pingback: PralineB.

  6. Pingback: Zolnir

  7. Pingback: acryline Erin

  8. Pingback: educpop et tic - Pearltrees

  9. Pingback: Les mondes virtuels toujours bien vivants | La rupture Internet | Podcast Mondes Virtuels | Scoop.it

  10. Pingback: Imma Milena

  11. Pingback: immav

  12. Pingback: Les mondes virtuels toujours bien vivants | Les mondes virtuels en pédagogie | Scoop.it

  13. Pingback: Fabien CAUCHI

  14. Pingback: Christian Morand

  15. Pingback: Veille Antic #73

  16. Pingback: Maxime James

  17. Pingback: olivier

  18. Pingback: virgile

  19. Odrade Saenz

    Dans le secteur éducatif, numérique rime avec politique avant pédagogique. Les initiatives sont souvent le fait d’enseignants passionnés et impliqués personnellement. Que ce soit au niveau formation ou au niveau équipement (laissé de manière générale à la charge des collectivités territoriales) l’Education Nationale est complètement à la traîne. Le numérique à l’école c’est un vaste chantier qui impacterait la totalité du système éducatif … il semble que nos gouvernants aient d’autres chats à fouetter que se pencher sur le problème au delà de rapports ou audits qui ne débouchent sur aucune concrétisation …

    Reply
  20. Pingback: Christophe Goddon

  21. Pingback: Christophe Goddon

  22. Pingback: Philippe Scoffoni

  23. Pingback: Philippe Scoffoni

  24. Pingback: NetPublic

  25. Pingback: links for 2011-05-18 | Metaverse3d.com

  26. Pingback: Sonia Le Louarn

  27. Pingback: Olivier Berard

  28. Pingback: François Cazals

  29. Pingback: Xavier Coiffard

  30. Pingback: Laetitia guilbert

  31. Pingback: Olivier NOEL

  32. Pingback: Anonyme

  33. Pingback: Francois Druel

  34. Pingback: Emilie Ogez

  35. Pingback: Jocelyn BOUILHOL

  36. Pingback: jean hartleyb

  37. Pingback: Dominique Reynie

  38. Pingback: fcharles

  39. Pingback: frederic cuignet

  40. Pingback: serge soudoplatoff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *