Mode anglais, mode français : de la décision

By | 02/04/2011

Le français et l’anglais, c’est une histoire d’amour et de haine. Les influences des deux langues sont profondes, et parfois surprenantes. Qui sait que le mot « Mushroom » vient en fait du vieux français « le moucheron », qui est devenu notre mousseron des prés? Je ne peux que conseiller l’extraordinaire livre de Henriette Walter, [amazon asin=222108165X&text=Honni soit qui mal y pense : L’incroyable histoire d’amour entre le français et l’anglais], qui, entre autres, recense 3200 mots qui s’écrivent de la même manière et ont le même sens dans nos deux langues.

Il y a néanmoins de profondes différences. Souvent, le français décrit un concept par son contenu, et l’Anglais par sa destination. Pour aller skier, nous achetons « un forfait » (description du contenu : une offre tarifaire forfaitaire) là où les Anglais acquièrent « a ski pass » (description du but : passer les portillons). Le français est parfois stressant, là où l’anglais est agréable. A l’aéroport, nous nous parquons sur « une dépose minute », là où les Anglais vont dans la zone « kiss and fly ».

La différence qui me semble être la plus marquante est à propos d’un acte pas facile : la décision.

En français, « on prend une décision ».

En anglais, « you make a decision ».

Prendre une décision est un acte grave, qui a une première conséquence: elle n’appartient plus à personne d’autre. Elle est à celui qui l’a prise, qui peut donc en faire ce qu’il souhaite, parfois même rien du tout. Prendre une décision collective est virtuellement difficile: chacun n’en possède-t-il qu’une partie, ou bien est-elle duplicable à l’infini, quitte à devenir alors universelle, donc à perdre son sens?

A l’inverse, faire une décision est un acte de création. Elle peut être fabriquée collectivement, elle prend un sens propre, c’est une oeuvre unique, dont on peut retracer les origines. Comme le dit le magnifique [amazon asin=2849022365&text=Dictionnaire historique de la langue française], « le verbe latin exprime le fait de saisir physiquement et par l’esprit » .

Alors, il ne faut pas nous étonner si nous raisonnons plus en stock qu’en flux. Notre propre langue nous pousse à considérer que le monde doit être saisi, stocké, gardé; là où les anglais cherchent à diffuser, partager, échanger. Ce serait la principale raison pour laquelle nos « décideurs » n’aiment pas Internet, qui pousse à faire, et pas à prendre.

Et si, dans notre quotidien, nous changions juste ce petit point, qui consisterait à dire, à partir de maintenant « nous allons faire une décision ». Peut-être que notre rapport aux autres et au monde changerait dans le bon sens ???

 

 

29 thoughts on “Mode anglais, mode français : de la décision

  1. Pingback: Mode anglais, mode français : de la contestation | La rupture Internet

  2. Pingback: Akostic

  3. Pingback: Antoine Coubray

  4. Pingback: Esther M

  5. Pingback: Infographiste-Prod

  6. Pingback: Infographiste-Prod

  7. Pingback: Thomas Charbit

  8. Pingback: IDE Conseil

  9. Luca

    Pas tellement la petite bête… la langue influence énormément la façon de réfléchir et les processus mentales associés. D’ailleurs quand une langue n’intègre pas un certain concept ou une certain parcours mentale, il sera très difficile, voir impossible, pour un individu de manipuler mentalement le concept ou le processus.

    Pour le sujet en question :

    1. prendre une décision = to make a decision
    2. prendre la décision de = to decide to

    donc il y a même une différence entre prendre une décision => faire une décision et prendre la décision => décider de
    l’Anglais est décidément bcp plus factuel et « décidiste » (vous m’excuserez le néologisme)

    Reply
  10. Pingback: Guillaume

  11. Pingback: David B

  12. Pingback: Thibaud VIBES

  13. Pingback: Vincent AROD

  14. Pingback: Thierry Vallée

  15. Pingback: Nolwenn

  16. Pingback: Hasier Etxeberria

  17. serge

    1) je cherche peut-être la petite bête

    2) non, je ne le crains pas :-)))

    merci !!!

    Reply
  18. Pingback: Matthieu Breton

  19. Pingback: Julie Rieg

  20. Pingback: mtahot

  21. vvillenave

    Mmmm… D’un autre côté, on dit bien « faire un choix », même en français. Puisqu’on en est aux expressions idiomatiques : ne craignez-vous pas de chercher la petite bête ? :-)

    Reply
  22. Pingback: Adngold

  23. Pingback: Roch Giraud

  24. Pingback: Xavier CROUAN

  25. Pingback: Aurélie Terlier

  26. Pingback: serge soudoplatoff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *