Comment le quai d’Orsay considère Internet…

By | 28/01/2011

Addendum du 29 janvier, 20h15 : les brèves du 26 27 28 janvier sont enfin disponibles sur le site de l’ambassade. Ceci dit, chaque brève contient deux liens qui ne sont pas clicables, et d’ailleurs l’un d’entre eux contient un espace de trop qui le rend inutilisable… Je les reproduis ici après correction :


Nous sommes le vendredi 28 janvier 2011. Il est 23h27.

La situation en Egypte est tendue. Le gouvernement a totalement fermé Internet. Cette image, venant de Harbor Networks, est impressionnante.

J’ai twitté quelques sites, dont celui qui montrait les rares vidéos qui passaient le filtre, où l’on voit manifestement les forces de l’ordre reculer devant la force des foules.

Tout le monde se souvient de l’attitude récente de l’ambassadeur de France en Tunisie, qui déclarait que la situation était sous contrôle. Tout comme François Mitterrand avait, en 1991, salué les communistes qui avaient mis Gorbatchev en résidence surveillée, putsch avorté qui avait finalement amené Boris Eltsine au pouvoir. Qu’on ne se méprenne donc pas, l’aveuglement n’est pas plus propre à un parti qu’à un autre.

Ceci dit, à quelques jours d’intervalles, on pouvait espérer faire mieux. Je suis donc allé sur le site de l’ambassade de France en Egypte.

Voici la home page, ce soir à 23h26.

Comme si rien ne se passait en Egypte.

On voit bien un lien à droite, « Brèves », et quand on clique sur manifestations du 25 janvier, on obtient ceci :

Passons sur l’excellence de l’analyse, et sur « le suivi permanent ». On se sait pas comment ce suivi a été effectué, mais en tout cas, le fait que le site ne soit même pas mis à jour au bout de quatre jours pose une question : le quai d’Orsay se soucie-t-il d’Internet comme moyen d’information ?

A moins, allez, qui sait, que le webmaster du site de l’ambassade soit derrière le black-out, et ne puisse donc pas changer le site qui, étant accessible, n’est donc pas en Egypte, et que personne à Paris ne possède le login et le mot de passe de l’administration. Ce serait encore plus ubuesque…

Quelques éléments de comparaison.

Le site de l’ambassade US :

Le site de l’ambassade d’Angleterre :

Le site de l’ambassade d’Allemagne, tout comme celui de la Hollande, sont inaccessibles, étant en .eg

L’italie est comme la France. L’Espagne ne semble même pas avoir de site. La Chine, tout comme l’Inde, s’en moque.

Il y a vraiment de la pédagogie à faire !!!

 

53 thoughts on “Comment le quai d’Orsay considère Internet…

  1. Pingback: A lire - Pearltrees

  2. André-Yves Portnoff

    Bravo Serge, tu es factuel et d’autant plus efficace. Tout cela est une question d’hommes, mais globalement, le MAE n’est pas en peer to peer et le centre a tendance à étouffer les initiatives des meilleurs qui agissent à leurs risques sur le terrain
    André-Yves

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *