L’intérêt de l’OpenApi pour les entreprises

By | 07/11/2010
(note : english version here)

Le système d’information des entreprises est généralement un système fermé. Ce n’est pas forcément par crainte d’intrusion, ou de malveillance, mais parce que la philosophie de base du monde industriel est qu’il y a une vie dans l’entreprise, une vie en dehors de l’entreprise, et que la frontière entre les deux doit être simple: fermée, avec quelques points de passage bien surveillés, par exemple par une machine inventée par IBM en 1912 (l’horloge pointeuse) faisant office de système d’information, et une logique basée sur l’horaire qui permet de faire une barrière temporelle entre le dedans et le dehors.

Bien évidemment, le monde a changé. Plusieurs frontières entre l’intérieur et l’extérieur de l’entreprise, entre la sphère privée et la sphère professionnelle, ont explosé. Déjà sur le plan temporel, à part les salariés qui ont un travail posté (à peine 15% du travail actif), plus personne n’est vraiment concerné par la durée comme mesure de la création de valeur (d’où l’absurdité de la loi des 35 heures, non pas à cause du chiffre 35, mais parce que l’heure est de moins en moins une unité pertinente). Ensuite, la capacité des entreprises à mettre partout des blocages sur leur système d’information, allant de pare-feu à l’interdiction des réseaux sociaux en passant par le blocage de toute vidéo (pire que le gouvernement Chinois…), force finalement les salariés à travailler de chez eux, où ils trouvent de bien meilleures conditions informatiques que sur leur lieu de travail.

Les systèmes d’information, traditionnellement fermés, ont été bouleversés par la philosophie ouverte de l’Internet. Il a fallu quelques années avant que les entreprises ne se mettent à ouvrir partie de leurs informations sur l’extérieur; je me souviens de la révolution engendrée par UPS qui avait été innovant en décidant d’ouvrir son intranet sur le web afin de donner les dates de délivrance de ses paquets.

En 2010, il serait suicidaire pour une entreprise qui s’adresse au grand public de ne pas avoir un site web qui, a minima, offre de l’information, et au moins permet d’effectuer des transactions.

Mais ceci va vite devenir largement insuffisant, et je pense que le monde de l’entreprise devrait rendre publiques les API, qui sont des interfaces de programmation, de leur système d’information.

Observons ce qui se passe dans le monde de la politique. Le mouvement de l’Open Data est né de la volonté de certains chefs d’état d’ouvrir au public les données de l’administration; ou plutôt, pour reprendre l’excellent phrase du rapport de Nicholas Gruen remis au gouvernement Australien, de passer d’une logique où « le gouvernement protège ses données, sauf s’il a envie de les diffuser » à une logique où « le gouvernement diffuse ses données, sauf s’il y a une raison impérieuse de ne pas le faire ». C’est ainsi que le gouvernement Américain a ouvert son portail de données, que ce fut aussi le premier geste de Cameron lorsqu’il fut élu, conduisant au portail Anglais, suivi par de nombreux pays ou administrations; même le gouvernement Russe a ouvert un portail rendant publiques les dépenses de son administration.

Lorsqu’un gouvernement ouvre ses données, celles-ci se présentent sous plusieurs formats, allant de simples documents pdf jusqu’à des tableurs excel. Publier des données est intéressant, mais les rendre utiles est encore mieux. La logique a donc été de passer de l’ouverture des données à l’ouverture d’interfaces de programmation permettant à des programmeurs de réaliser des applications dialoguant avec les systèmes d’informations.

Le principe est le suivant: une municipalité ouvre des API sur son système d’information. Ensuite pour amorcer la pompe, elle crée un concours public, récompensant les meilleures applications utilisant ces API. La communauté est alors motivée pour créer de telles applications. L’intérêt pour une ville est multiple: elle se concentre sur son métier qui est de gérer la ville, elle n’a plus de problème de développements informatiques, puisque les applications sont réalisées ailleurs, l’argent du contribuable est finalement mieux dépensé, et les services rendus deviennent très nombreux. De plus, dans le modèle anglo-saxon, non seulement l’administration ne doit pas faire payer ses données, mais il est bien que ces données permettent au monde économique de s’enrichir… Un ensemble de municipalités a d’ailleurs décidé de standardiser ces interfaces de programmation, donnant naissance à Open311, site sur lequel on peut voir la liste des applications développées par des tierces personnes.

Le monde de l’entreprise devrait s’inspirer de ce mouvement. Prenons un cas d’école, en partant du bricolage. Les deux grandes enseignes, Castorama et Leroy-Merlin ont développé des applications iPhone. Ces applications ont coûté de l’argent, et ont forcé les entreprises à faire de l’informatique, ce qui est loin de leur cœur de métier. De plus, aucune de ces deux applications ne permet de passer commande directement des produits concernés, contrairement à celle de Home Depot. Imaginons maintenant que les enseignes décident d’ouvrir leurs API. Il y aura sûrement dans la communauté des clients des programmeurs de génie qui développeront des applications orientées usage, puisqu’eux-même sont clients. Ces application pourront alors, au-delà ce que font déjà celles des marques, inventer d’autres usages en laissant cours à l’imaginaire, et surtout, passer directement des commandes au système d’information. Le flux d’achat en sera ainsi augmenté.

Prenons un autre exemple: si les banquiers ouvraient leurs API (en imaginant qu’ils passent d’un mode stock à un mode flux), la communauté pourrait développer des applications innovantes, permettant de mieux gérer leurs comptes, de faire des transactions, etc… Les banquiers y gagneraient des flux, et les clients auraient des services bien plus intéressants.

Est-ce utopique? C’est déjà ce que fait Amazon dans le retail, avec d’une part les Amazon Web services, dont par exemple un permet d’adresser le tunnel de commande, et les widgets qui permettent à chacun de mettre une fenêtre d’Amazon sur son site. C’est aussi la récente innovation de paypal avec paypalX, un ensemble d’API ouvertes associées à un modèle économique de partage de revenu. C’est ce qu’a fait JCDecaux en ouvrant les interfaces des bornes du vélib, fournissant le nombre de vélos et ne nombres de slots disponibles, même si l’on aurait aimé qu’il ouvre ses interfaces du Vélib lui-même, et surtout regretter qu’il fasse machine arrière. On pourrait penser à d’autres applications, dans le monde de l’automobile ou de toutes les industries, ou de tous les services.

Le monde Internet est un monde ouvert, basé sur la coopération, l’intelligence collective, et la valeur du flux plus que du stock. Ouvrir ses API représente, pour une entreprise, la compréhension d’où se situe la valeur, et de comment l’exploiter intelligemment. Je reste persuadé que les premières qui le feront auront un avantage compétitif par rapport aux autres. Le « gouvernment as a platform » de Tim O’Reilly deviendrait, à la lumière de ce que j’ai écrit en 2008, « enterprise as a platform ». Auguste Detoeuf, dans « propos de O. L. Barenton, confiseur« , le disait lui-même: « ce ne sont pas vos brevets, mais votre rapidité d’exécution, qui vous protégera de la concurrence »; livre écrit en 1936…

(note : Owni m’a fait le plaisir de reprendre ce billet. Merci à eux !)

 

28 thoughts on “L’intérêt de l’OpenApi pour les entreprises

  1. Pingback: prosper P2P lending success | La rupture Internet

  2. Pingback: serge soudoplatoff

  3. Pingback: serge soudoplatoff

  4. Pingback: Enterprise 2.0 | Pearltrees

  5. Pingback: API by Articles open data - Pearltrees

  6. Pingback: linkeddata by pearlnet - Pearltrees

  7. Pingback: API - Opportunity by politicus - Pearltrees

  8. Pingback: openapi by felixaverlant - Pearltrees

  9. Sass

    Merci beaucoup pour cet article, il est très intéressant et je partage totalement votre avis. Cependant j’aimerais juste une explication sur les modes stock et flux, il s’agit de quoi concrètement ?

    Merci !

    Reply
  10. Pingback: bluenove

  11. chiru75

    merci pour cet article très interessant! les techniques ont en effet bien évolué dans l’entreprise!

    Reply
  12. Pingback: cecil dijoux

  13. Pingback: Gilles BETIS

  14. Pingback: L’opendata dans tous ses états – Nov II «

  15. Pingback: Bertrand Lebonnois

  16. Pingback: Pollop SARL

  17. Pingback: A lire ailleurs du 08/11/2010 au 15/11/2010 | traffic-internet.net

  18. Pingback: Hubert Souchaud

  19. Pingback: Jocelyne Quélo

  20. Pingback: Bertrand Dufresne

  21. Pingback: Jean-Marc Goachet

  22. Pingback: sid 【ツ】

  23. Pingback: L’intérêt de l’OpenApi pour les entreprises » Article » OWNI, Digital Journalism

  24. serge

    @olivier, oui, mais le cran d’après, c’est que ce sont d’autres que la banque elle-même qui puissent développer des applications !!
    @benoit et Jérôme, merci pour les liens intéressants !

    Reply
  25. Olivier Anh

    Bonjour,

    Vous n’êtes en plein dans la réalité avec la banque. J’utilise l’application iphone de ma banque pour faire des transactions…

    http://www.postfinance.ch/fr/priv/prod/eserv/iapp/offer.html

    Par défaut limité à 250 CHF, mais la limite peut être monté jusque 2000 CHF. Coté sécurité, l’application n’est validée qu’une fois la clé rentrée (Postfinance utilise un système de reconnaissance par clé public/privée en usage ici).

    Reply
  26. Jérôme Coignard

    En ce qui concerne le concept de l’OpenData pour les gouvernements, c’est une démarche essentielle IMHO pour améliorer la gouvernance dans une démarche d’innovation ouverte (fournir des statistiques anonymes et détaillées sur les niches fiscales serait certainement un exercice utile), préparer les alternances via un benchmarking basé sur le data crunching.

    Rêvons un peu, mais on pourrait imaginer une comparaison en temps réel de scénarios « what if » modélisés par les différents partis politiques ou particuliers, attaquant les mêmes APIs et data et basés sur un même langage d’écriture de scénarios…

    Un effet bénéfique in fine: accroître la proximité et la transparence vis à vis des électeurs, les éduquer à la compréhension de ces données, mécanismes et concepts.

    Reply
  27. Jérôme Coignard

    Très bon post, Serge.

    Toujours dans le Retail, le cas de BestBuy est très intéressant.
    Ils ont fait plusieurs vidéos sur YouTube sur leur stratégie Web 2.0 et notamment une intitulée « Open for Business: Best Buy’s Social Technology Strategy » qui décrit leur stratégie d’innovation ouverte via des API, aussi bien pour leurs équipes internes que pour des partenaires extérieurs : http://www.youtube.com/watch?v=whzN-7uCiZw

    Reply
  28. Benoit Vidal

    Effectivement, les intérêts pour les entreprises et les administrations sont finalement les mêmes. Et aussi leur méfiance envers cet effort.

    L’exemple que vous citez de l’application iPhone Roue Libre est en effet très parlant, sauvée par l’ouverture des données rennaises, alors que JCDecaux empêchait sa distribution : http://blog.actuvisu.fr/retour-sur-l-opendata-a-rennes-l-appli-roue-libre-rescapee-grace-a-la-liberation-des-donnees-de-keolis/

    Tout ceci prend encore plus de valeur lorsque c’est inscrit dans l’écosystème du mouvement Linked Data, en utilisant les technologies du web sémantique. C’est tout le propos de mon dernier billet sur le Data Marketing : http://blog.actuvisu.fr/data-data-data-2/

    Je vous invite aussi à lire ce billet-étude de cas où la focale se pose sur les médias : http://blog.actuvisu.fr/linked-data-medias/

    Au plaisir de vous lire.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *