Les liaisons numériques dangereuses

de | 25/11/2010

Lorsque je suis sollicité pour faire des conférences sur les ruptures induites par Internet, il arrive que l’on me demande de parler des dangers de l’Internet.

Cela avait commencé il y a quelques années, lorsque j’avais été demandé sur ce sujet dans une émission de télévision semble-t-il connue, animée par Delarue, « ça se discute ». J’avais alors répondu que ce sujet n’était pas très intéressant en tant que tel, et que, paraphrasant mon ami André-Yves Portnoff, le seul grand danger de l’Internet est de ne pas y aller.

Cette émission fût d’ailleurs bizarre: une collection hétéroclite de « drames » humains. Une femme qui montrait ses seins devant une webcam; une mère dont l’enfant passait 17 heures par jour à jouer en réseau; une enseignante qui quintuplait son salaire en se prostituant luxueusement (le lien avec l’émission ? elle trouvait ses clients grâce à Internet…); une femme qui avait découvert l’âme sœur sur Meetic, et qui au bout de trois mois d’échanges d’emails passionnés, passe enfin deux heures folles à partager physiquement, les yeux bandés, avec son amant virtuel devenu réel pour découvrir au bout de ces deux heures que c’était une autre femme… Bref, la vie telle qu’elle existe depuis longtemps. J’avais d’ailleurs rappelé que, par exemple, les emails amoureux n’étaient que de pales copies des échanges entre Georges Sand et Alfred de Musset, ce qui avait engendré dans les yeux de Delarue un moment de découragement (« eh bien, elle est intellectuelle cette émission », s’était-il exclamé…).

Il faut rappeler un fondamental: Internet est un média neutre. Dans sa construction même, il avait été décidé de ne mettre aucune intelligence dans le réseau, et de reporter cette intelligence aux extrémités. La pensée originale, à savoir le peer to peer, avait imposé un schéma dans lequel le réseau routait avec égalité tous les paquets et ne s’intéressait pas à leurs contenus. Cette fameuse « neutralité du net », qui fait débat actuellement, était l’antithèse des réseaux des opérateurs de télécommunication, qui encore aujourd’hui implémentent le concept de classe de service, c’est à dire de priorité des communications les unes par rapport aux autres. La qualité totale sur laquelle sont bâtis les réseaux de télécommunication classiques impose effectivement une logique de rareté, à savoir que la ligne est ouverte et réservée même si rien ne passe dessus, logique de rareté qui impose de faire des priorités. Internet, à l’inverse, est basé sur le principe d’abondance, et donc de partage égalitaire.

Donc, Internet transporte indifféremment ce qu’on lui injecte. La beauté passera dans le réseau sans aucune priorité sur la laideur. L’intelligence et la bêtise y sont  transportés de manière équivalente. Où se fait alors le filtre ? Aux extrémités. Ceci est vrai pour la technologie, mais aussi pour l’usage. C’est à l’utilisateur de faire la différence entre le bien et le mal. Celui qui s’intéresse au conflit du golfe par exemple n’a aucun problème à ouvrir à la fois CNN, al jazeera, et un forum de discussion, et à se faire sa propre idée.

Une conséquence directe est cette proposition qu’Internet rend évidente : beaucoup de vérités sont contextuelles.

Une autre conséquence est rassurante : le réseau contient aussi l’antidote. Lors de l’émission de Delarue, le vrai drame était une femme dont la fille s’était pendue après avoir surfé sur des sites gothiques. J’ai respecté en direct ce cas, mais j’ai eu une discussion à la suite avec la mère, qui au début en voulait à Internet, pour à la fin me dire qu’elle s’en était sorti en fondant une association de parents, et qu’elle avait créé des liens avec d’autres associations dans le monde, grâce, bien sûr, à Internet.

Alors, quels sont les dangers de l’Internet ? J’en vois trois principaux.

Le premier est effectivement de ne pas y aller, d’ignorer le phénomène. De faire comme si Internet était une simple technologie, qui ne remet pas en cause certains fondamentaux. De ne se contenter que de l’email par exemple.

Le deuxième est de s’y opposer. Déclarer que wikipedia est de mauvaise qualité, comme une de mes étudiantes me l’avait affirmé (cf. ma réponse ici). Déclarer que « dans Internet, il n’y a que des emmerdeurs », comme me l’avait dit en 2006 un directeur marketing d’une entreprise du CAC40. Sans parler des lois sur le filtrage qui ne sont pas seulement l’apanage de la France, même si nous sommes, pour une fois, plutôt en pointe sur ce sujet, hélas.

Le troisième est de ne pas se transformer. Pour aborder Internet et en tirer le meilleur, il faut déjà se former. Les élèves des écoles devraient être formés, non pas aux dangers de l’Internet, mais à son mode d’emploi. Les salariés des entreprises devraient tous avoir des cycles de formation au numérique, à l’instar de ce que fait Lippi. Puis il faut se changer, au niveau individuel mais aussi au niveau collectif. Les entreprises et les administrations doivent se mettre en mode 2.0, et tant pis si ce concept est flou, au moins il force à réfléchir. Internet s’est construit sur la base de consensus grossier, sans planification. Le résultat est deux milliards d’individus interconnectés en moins de vingt ans.

A part ces trois dangers, je ne vois pas d’autre réelle menace différente de ce que la vie nous réserve, lorsqu’elle est cruelle et brutale. Simplement, Internet est un extraordinaire amplificateur des sentiments humains, bons ou mauvais, et c’est cela qu’il faut, avant tout, retenir.

Internet, parce qu’il met en commun une intelligence qui se situe aux extrémités, est le contraire du pouvoir central qui « pense » à la place des autres. Internet, quelque part, favorise plus une éthique que la morale.

Ce n’est pas l’attitude la plus facile. Mais, pour paraphraser un moment important du film « Himalaya, l’enfance d’un chef » : « Lorsque deux chemins se présentent à toi, choisis toujours le plus difficile ». C’est sur ces chemins que l’on apprend le plus.

Les chemins de l’Internet sont complexes, profitons-en.

 
Catégorie : Non classé

53 réflexions au sujet de « Les liaisons numériques dangereuses »

  1. Ping : Menaces sur internet by stanjourdan - Pearltrees

  2. Ping : Industrie Musicale (Sacem et consorts) by khi - Pearltrees

  3. Ping : internet_enjeux_menaces by claudedechauny - Pearltrees

  4. Ping : pauline

  5. Ping : Robert Sojic

  6. Ping : Stéphane FAVEREAUX

  7. Ping : François Cazals

  8. Ping : André

  9. Ping : Phil-Paul Lambert

  10. Ping : pascalforeau

  11. Ping : pascalforeau

  12. Ping : pascalforeau

  13. Ping : pascalforeau

  14. Ping : pascalforeau

  15. Ping : Séverine Godet

  16. Ping : Joseph Diaz

  17. Ping : Joseph Diaz

  18. Ping : Agnès Pasquet

  19. Ping : Nelle E.

  20. Michelle C

    Je me rattrape sur mes Netvibes alors je m’excuse pour le retard, mais je trouve ceci génial, comme toujours chez toi. Après, je pense que c’est un débat qui va s’intensifier dès que des journalistes commencent à mettre le focus sur certains documents de Wikileaks..
    Merci, en tout cas :) et bonnes fêtes

    Répondre
  21. Ping : Jean GEBAROWSKI

  22. Ping : Nicolas LOUBET

  23. Ping : Nicolas LOUBET

  24. Ping : Yann Wattebled

  25. serge

    merci à tous pour vos commentaires, auxquels je souscris !

    Et je vous souhaite bientôt de bonnes fêtes :-)

    Répondre
  26. Ping : Gatitac

  27. Ping : Internet, un danger ? | Balises Info

  28. Ping : Job Money Travel

  29. Ping : Natacha Carbonneau

  30. Ping : Sylvain Carle

  31. Ping : master

  32. Ping : formapsy

  33. Ping : Bernard Adrian

  34. Ping : bewide

  35. Ping : stelephan

  36. Ping : Florence Moussu

  37. Ping : Tweets Revue N@57 : Social commerce, valeur, Google, Twitter et avenir | 007-Web Marketing, referencement, emailing, web marketing

  38. Ping : A lire ailleurs du 29/11/2010 au 06/12/2010 | traffic-internet.net

  39. sil

    Je ne pense pas à l’utopie d’internet pour tous et à tout age. Le cyberespace devrait être réservé aux « adultes consentants ». Ce n’est qu’à cette condition que l’on arrivera à préserver la neutralité et éviter d’avoir recours au filtrage (dont l’efficacité serait faible de toute façon).

    On ne laisse pas ses enfants se promener seuls et à n’importe quelle heure dans la rue. Pourquoi n’en est-il pas de même avec internet ?

    Répondre
  40. Personne

    Je dirais surtout que sur Internet, *on ne trouve que ce que l’on cherche* !
    Les gens qui se plaignent de ne voir que du cul sur Internet, ou que de la violence, ou que des insultes, …, je voudrais bien savoir ce qu’ils ont tapé dans leur moteur de recherche, et sur quels liens ils ont cliqué !

    Répondre
  41. Ping : Médias sociaux : comment les adopter et les faire adopter? — Lyonel Kaufmann blogue…

  42. Ping : Médias sociaux : comment les adopter et les faire adopter? | histoire.lyonelkaufmann.ch

  43. AymericPM

    Très bon.
    J’ai justement commencé une récente présentation du « web qui évolue. et nous ? » à Lorient par 3 des craintes qu’on nous oppose souvent quand on parle d’internet, une conférence à laquelle Frédéric Lippi participait également. Les deux premières sont (quand on parle de réseaux sociaux) : « internet isole », et « internet détruit la vie privée ».

    Je n’avais jamais débuté une conf’ avec un tel angle, mais, après toutes ces années, quand on continue à faire face à ces mêmes arguments encore et encore, et quand on voit ce qu’ils entraînent comme choix de politique numérique, je crois que je vais à présent régulièrement adopter ce type d’approche pour débuter une intervention.

    Répondre
  44. Ping : Les liaisons numériques dangereuses » Article » OWNI, Digital Journalism

  45. S. E. M.

    Une petite rectification quand même. Je suis une grande fan d’Eric Valli et de son film sur le Tibet « Himalaya ». Toutefois le chemin le plus difficile fait allusion à la Bible « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition ». Cette citation est le pillier de l’oeuvre d’André Gide « la porte étroite », où l’on peut en apprécier la portée. Comme quoi Internet peut rendre plus cultivé, parfois.

    Répondre
  46. vansnick

    Superbe billet, merci

    La question est comment convaincre les derniers réticents qui sont ancrés dans leur combat d’arrière garde ?

    Au fait, c’est sympa et mérité les RT mais pour les commentaires, cela gâche une éventuelle discussion.

    A+

    Régis

    Répondre
  47. Ping : Je suis scotché ! | Bandol-blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *