Hadopi : et après ?

By | 19/11/2009

La loi Hadopi est passée. Nous n’insisterons pas sur les graves défauts de cette loi, commentés de nombreuses fois, dont wikipedia fait une excellente synthèse. A moins d’être un anarchiste brutal, il ne reste donc plus qu’à accepter la triste réalité. « dura lex, sed lex ».

Et aussi à se poser la question de savoir ce qui va se passer. Bien sûr, et cela a déjà été commenté de nombreuses fois, cette loi est inapplicable, elle amènera contestations sur contestations, et sera surtout un gâchis d’argent totalement inefficace.

Je voudrais proposer ici un autre point de vue : que va-t-il se passer pour l’industrie du disque, et surtout pour les majors, qui ont tellement insisté pour cette loi ? Et pour cela, je suggère de partir de l’évolution des usages, et des modèles économiques, car, dans un monde capitaliste, ce sont les clients qui tirent l’innovation et qui font le chiffre d’affaire, pas les lois.

Partons de quelques constats simples. Tout d’abord, le modèle économique de la musique est tout sauf un modèle stable. Bach était un musicien de cour, puis organiste d’église, et enfin maître de chapelle, et dans ses dernières années, gagnait sa vie en composant une cantate par dimanche. Mozart vivait de commandes, argent qu’il dépensait tout aussi vite qu’il le gagnait. Chopin essaye d’augmenter le prix de ses publications papier, puis Liszt invente le concert moderne. Arthur Rubinstein comprendra le premier l’intérêt du disque, et aujourd’hui, le modèle économique bascule vers un modèle de valeur dans le flux et plus dans le stock, comme je l’ai déjà écrit dans ce blog.

Deuxième constat, les clients, comme les jeunes créateurs, cherchent des rencontres. Ce que le modèle de la longue traine montre, c’est un basculement d’un modèle de marketing de masse vers un modèle de marketing communautaire. L’étude que j’ai citée de 2003 qui montre qu’Amazon a réussi à créer 800 millions de dollars supplémentaire rien que sur les livres de la queue de distribution est de plus en plus d’actualité. Autrement dit, la valeur se déplace des grandes vedettes vers les musiciens qui n’auront pas forcément une renommée mondiale, mais qui, grâce à Internet, et au peer to peer, rencontreront leur public.

Donc, la valeur se déplace vers le marketing communautaire, car c’est ce que le public souhaite. Ajoutons à cela un dernier truisme: le matraquage publicitaire ne marche pas. Il sera de moins en moins possible d’imposer Julio essuieglasse ou la starAc, parce qu’Internet, ce n’est pas la télévision : la valeur est dans les forums de discussion, dans twitter, dans les réseaux sociaux, dans les échanges entre les internautes; bref dans le peer to peer.

Que vont donc faire les majors ? Soit elles vont camper sur leur positions, et constater deux choses: une baisse de leurs revenus (mais elles ne pourront plus prétendre que c’est à cause du « piratage ») et un  assèchement de leur catalogue, qui comportera de moins en moins de jeunes artistes. Soit elles vont comprendre (si ce n’est déjà fait) que le marketing qui fonctionne est un marketing communautaire, et vont alors se résoudre à imiter ce que, dans le domaine bancaire des prêts en peer to peer, Virgin Money a fait, en rachetant circle lending. Obligées d’admettre que le monde a changé et que le modèle en peer to peer qu’elles ont combattu est celui qui apporte de la valeur, elle vont donc se résoudre à faire leur shopping. Ce sera la course, à qui va racheter sellaband, qui va racheter mymajorcompany, qui va racheter slicethepie, etc…

Et comme ce modèle communautaire qui vit dans le flux est celui qui fonctionnera, ces mêmes entreprises se retrouveront face à une loi Hadopi qui, brusquement, deviendra une gêne, et les empêchera de faire du business. Entre temps, les artistes ayant repris du poil de la bête, comprendront qu’il ne s’agit plus de se contenter de quelques maigres pour cents comme actuellement, et rappelleront que, dans ces modèles économiques nouveaux, non seulement ils peuvent prétendre entre 30 et 50% de la valeur finale, mais que le rôle du diffuseur est d’augmenter les flux, pas de les diminuer.

J’imagine donc très bien, dans quelques années, que les majors, ayant finalement absorbé les nouvelles règles économiques,  reviendront la queue basse devant le gouvernement pour demander la modification, voire l’abrogation de cette loi. L’arroseur arrosé, en quelque sorte. C’est ce que je leur souhaite, plutôt que de disparaître…

 

6 thoughts on “Hadopi : et après ?

  1. Pingback: Chez Serge » The life as a “Hadopi Labs” expert – 1

  2. Jean-Marc Mercier

    Le prochain combat se situe maintenant sur la prise en compte des droits numériques dans la constitution.
    Je me suis fendu d’un post sur ce sujet, accessible à http://www.crimere.com/blog/jean-marc/?p=1176.
    Je pense qu’il est susceptible de vous intéresser. Notamment, il propose une innovation de rupture dans ce domaine; un projet porté par mon association.
    N’hésitez à me contacter si le sujet vous intéresse.

    Reply
  3. Anonym

    C’est exactement le même problème que les DRM que les majors ont essayées de nous faire avaler de force pendant 10 ans avant de se rendre compte dernièrement que les DRM sont :
    -Chers à mettre en place (prix des licenses etc.)
    -Innefficaces ( Spore, jeu le + protégé de 2008 fut aussi le plus piraté)
    -génantes uniquement pour le client honnête.

    Cela on le dit depuis 10 ans ( depuis début 2000 perso) et les résultats se font seulement sentir maintenant avec de + en + de plateformes abandonnant ces DRM , je prédis donc un abandon total d’Hadopi vers 2019-2020.

    Reply
  4. Pingback: Frédéric Couchet (fcouchet) 's status on Thursday, 19-Nov-09 14:25:53 UTC - Identi.ca

  5. Francois Druel

    Intéressant, tout ça.

    Comme tu le soulignes, Hadopi, c’est la musique à l’ancienne, comme la blanquette de veau… et donc les majors pensent elles aussi à l’ancienne : Hadopi va se concentrer sur la poursuite des très gros téléchargeurs, ceux qui ont en permanence des machines en download et en upload, sur plusieurs lignes…

    Et là, et bien l’Hadopi n’est pas sortie des ronces car il ne s’agit de rien de moins qu’un nouveau combat des gendarmes contre les voleurs… D’ailleurs la course à l’échalotte a déjà commencé : l’Hadopi n’est pas encore fonctionnelle que des petits malins proposent déjà des solutions de contournement (dont une grande partie est utilisée depuis belle lurette) ! Guignol n’a pas fini de taper sur la tête du Gendarme, pour le plus grand plaisir de tous… on a pas fini de rire… et l’Hadopi de se couvrir de ridicule ! !

    Ceci dit, on est maintenant en économie 2.0, il faut tenir compte des effets de longues traines : les minorités silencieuses (Serge, vous, moi, tout le monde) vont continuer à télécharger ponctuellement des fichiers de toutes sortes, pour tout un tas de raisons (bonnes ou mauvaises, le débat n’est pas là)… Malgré son budget faramineux, l’Hadopi n’aura pas les moyens de fliquer les 18 millions de ligne ADSL de l’hexagone (chiffres Arcep T2 2009) et donc les minorités silencieuses passeront allègrement au travers des mailles de cet inefficace non-filet !

    Bref, je pense qu’on peut continuer à télécharger gaiement sans rien craindre de personne et surtout pas des fonctionnaires courtelinesques de la rue du Texel

    Francois

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *