Hadopi et l’histoire…

By | 07/04/2009

J’ai déjà eu l’occasion de regarder la grossière erreur de la maintenant loi HAPODI sous un angle économique (et je m’excuse au passage auprès de Madame la Ministre NKM de mes propos à l’introduction quelque peu directe, disons que mes origines cosaques remontent à la surface lorsqu’il s’agit de sujets importants). Je ne reviendrai pas dessus, si ce n’est pour ajouter que le modèle économique ancien (donc actuel) souffre d’un énorme problème: c’est que la part qui revient au distributeur lors de la vente d’un CD est de l’ordre de 50% (10% pour l’artiste), et que la bonne question est de savoir si le service fourni en retour de ces 50% les vaut vraiment. En tout cas, si j’étais artiste aujourd’hui, c’est la question que je me poserais. J’ai pu vérifier que beaucoup d’artistes se la posent.

Je ne la regarderai pas plus sous l’angle politique, d’autres sites le font beaucoup mieux que moi. Ni sous l’angle de l’efficacité, nulle par avance en ce qui concerne cette loi; je sais depuis longtemps que la caractéristique numéro un des français est d’être conceptuels, et de peu favoriser le pragmatisme. Faire une loi à la fois efficace et visible serait une grande première en France…

Je voudrais donc revenir sous l’angle de la rupture. Le monde est fait d’accumulation de tensions, et puis de relâchement, bref de ruptures. Il me semble que le rôle des responsables n’est pas de retenir les ruptures, mais de les accompagner, et d’aider les citoyens à les affronter.

Il n’est pas possible de demander à tout citoyen d’être visionnaire. Cette approche est trop inhumaine, ou trop communiste à mes yeux, pour être intéressante ou crédible, et surtout pour fonctionner. En revanche, il faut gérer les frottements entre la vision et la réalité, entre le nomade et le sédentaire, entre l’exploration et l’exploitation, comme on l’apprend en théorie de la complexité. Et ce qu’on apprend, c’est que la complexité est une propriété du regard. Ce n’est pas que le monde est différent, c’est qu’il est de plus en plus en interactions, et que, pour l’aborder, il faut changer de regard, il faut apprendre, plus que de simplifier. Je hais la simplification, elle est porteuse d’endormissement.

Pour moi, le rôle premier d’un gouvernement n’est donc pas de protéger le peuple, mais de l’aider à grandir. Tout médecin vous dira que, dans la guérison, il y a une part de responsabilité du patient lui-même. Et qu’on ne me dise pas que ce n’est pas possible, le modèle Anglo-Saxon en est beaucoup plus proche que le notre (je vous promets des larmes et du sang disait Churchill…) Alors ???

J’ai toujours dit, et écrit, que l’invention de l’Internet était une résonance d’une autre grande rupture cognitive de l’histoire de l’humanité, l’invention de l’alphabet. Plongeons nous un instant en -1500 voire -2000, lorsque des hommes visionnaires disent à d’autres hommes « arrêtez de dessinez un arbre, et passez par une abstraction qui est la représentation de l’arbre par un ensemble de signes abstraits formant un mot ». Imaginons les tensions de l’époque, les réfractaires disant « mais pourquoi passer à l’alphabet, personne n’y comprendra rien, c’est trop compliqué, et puis nous ne pourrons plus communiquer avec eux qui ont une langue différente; au moins le dessin d’un arbre, c’est simple, tout le monde comprend, etc.. » ; pire, trouvant en Socrate un intellectuel les soutenant, lui qui déclarait que « l’écrit ne véhicule pas la connaissance, mais l’illusion de la connaissance » ; etc.. etc..

Alors, il y eu les Egyptiens, et les Grecs. Les Égyptiens ont refusé l’alphabet, expliquant que leur écriture hiéroglyphique était déjà compliquée, mais que, heureusement, il y avait les scribes pour aider le peuple; une forme antique de « dormez, dormez, le gouvernement fera le reste ». Les Grecs, à l’inverse, ont enfourché l’alphabet. Ils en ont fait un vecteur de transformation sociale, sociétale, cognitive. Ils l’ont amélioré, en inventant la voyelle. Ils ont fait des lois, la célèbre loi de Charondas, rapportée par Diodore de Sicile : « Les enfants iront à l’école apprendre à lire et à écrire, et ce sera l’état qui paiera les maîtres ». Résultat : explosion des connaissances dans la science, l’astronomie, la philosophie, la médecine, etc… Nous avons tous oublié que la première mesure du diamètre de la terre eut lieu en -280, par Ératosthène, avec une erreur de 4 ,5%. Personne ne nous a appris qu’en -150, les grecs savaient que l’axe de rotation de la terre n’était pas stable, mais tournait comme une toupie (phénomène appelé la précession des équinoxes). Impensable sans l’invention de l’alphabet.

Alors voilà, la loi Hadopi est, une fois de plus le triomphe de la morale sur l’éthique, du processus sur l’intelligence, de la mort sur le vivant. En ce sens, cette loi est dans le même esprit que la loi sur les 35 heures, une basse flatterie basée sur les paradigmes du monde ancien, faite pour endormir le peuple.

Face à cette loi, et à d’autres à venir sur le même registre, il ne tient qu’à nous de nous comporter en Grecs, ou en Egyptiens. La civilisation Grecque a prospéré. L’autre s’est endormie…

 

3 thoughts on “Hadopi et l’histoire…

  1. Meiji

    Hadopi à l’école, la meilleure idée depuis Charlemagne.

    La rubrique legamedia du très officiel site Educnet fait état de :
    « La loi Hadopi qui favorise la diffusion et la protection de la création sur internet demande à l’éducation nationale de renforcer l’information et la prévention auprès des jeunes qui lui sont confiés. »

    Ainsi est-il fort normal que les enseignants soient amenés tout prochainement à aborder enfin les deux aspects fondamentaux de cette loi, l’internet et l’informatique d’un côté, les droits d’auteur de l’autre. Deux aspects fondamentaux également pour leur propre enseignement puisque qu’ils y sont confrontés quotidiennement dans l’exercice de leur profession. Voilà donc qui devrait les ravir qu’un gouvernement prenne enfin à coeur ces questions essentielles.

    L’informatique plus encore que l’internet est une composante devenue vitale à l’enseignement. Citons:
    Le rapport Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), remis le 23 juillet 2009 à Valérie Pécresse, pour ce qui concerne l’enseignement de l’informatique, fait le constat que : « Dans les filières non spécialisées des écoles, l’enseignement de l’informatique est généralement réduit. De façon plus générale, le système éducatif n’a pas donné une place suffisante à ces disciplines en regard des enjeux futurs, industriels et d’innovation pour l’ensemble de l’économie nationale, et de participation à la vie sociale et politique de la part des citoyens. Absentes aux niveaux primaire et secondaire, elles sont inexistantes ou trop limitées dans les classes préparatoires aux grandes écoles. La majorité des ingénieurs et chercheurs non informaticiens n’acquièrent pendant leur cursus qu’un bagage limité au regard de ce que l’on observe dans les autres disciplines. Pourtant, ils utiliseront ou pourront avoir à décider de l’utilisation d’outils informatiques sophistiqués. Il est à craindre qu’ils ne le feront pas avec un rendement optimal ou que, en position de responsabilité, ils sous-estimeront l’importance du secteur. »
    Un tel enseignement, qui doit se généraliser, correspond aux besoins du pays et de son économie. Rappelons que l’informatique représente 30 % de la R&D au plan mondial (mais 17 % seulement en Europe), que les TIC (Technologies de l’information et de la Communication) vont constituer 50 % de l’augmentation de la croissance dans un futur proche, qu’elles constituent un gisement d’emplois considérable, que l’informatique est l’une des trois grandes familles de la science moderne.
    (Source : http://www.epi.asso.fr/revue/docu/d0912a.htm)

    Les enseignants ont donc à relever un véritable défit stratégique tout en se heurtant à des questions d’ordre juridique que l’on peut résumer avec cet extrait d’article sur les droits numériques et la pédagogie :
    « … On doit réfléchir, à l’heure des nouvelles technologies et de la substitution progressive de la propriété par la notion d’accès, à son rôle dans le cadre d’une probable et enfin réalisable démocratisation de la culture, non de sa consommation que son propre rôle antérieur rendait impossible ou invalidait, mais de sa création. » En rappelant que « l’imitation et la modification sont à la base de la création entendue comme mémoire et transmission, puisqu’elles sont le moteur de l’apprentissage, processus ou objet même de la création ».
    (Article complet : http://www.framablog.org/index.php/post/2009/04/09/numerique-droit-d-auteur-et-pedagogie-archambault)

    L’impact d’Hadopi a donc une influence majeure sur l’enseignement lui même dont élèves et parents doivent, au premier chef, être complètement informés afin de se mettre en conformité avec La loi. On peut être persuadé que devant un enjeu qui les concerne aussi directement, les enseignants sauront répondre présent.

    Il ne fait également aucun doute que ces mêmes enseignants mettront du coeur à enfin faire connaître aux élèves ce qu’est le sacro-saint droit d’auteur, créé pour protéger les auteurs des éditeurs, et non pas des lecteurs, et en tirer la leçon civique qui convient. Ils auront donc toute latitude pour intéresser leurs élèves à Paul Valery, un auteur du domaine public, et son fameux « le paradoxe, c’est le nom que les imbéciles donnent à la vérité ». Une des vertus cachées de la loi Hadopi que de pouvoir faire redécouvrir les classiques, ce dont il ne faut pas se priver en ces temps de crise « intellectuelle ».
    Le commentaire du Code de la Propriété Intellectuelle sera aussi source d’une profonde élévation, surtout cette partie :
    Le contrat d’édition est défini par l’article L 132-1 du Code de la Propriété Intellectuelle : « Le contrat d’édition est le contrat par lequel l’auteur d’une œuvre de l’esprit ou ses ayants droit cèdent à des conditions déterminées à une personne appelée éditeur le droit de fabriquer ou de faire fabriquer en nombre des exemplaires de l’œuvre, à charge pour elle d’en assurer la publication ou la diffusion ».
    En aucun cas, il est dit ou supposé que la cession des droits est monopolistique, puisqu’on parle du droit de fabriquer ; chose que les éditeurs transforment régulièrement en propriété exclusive des droits.
    Il est donc concevable dans l’esprit, que des droits soient « loués » ou « consentis » à plusieurs éditeurs en même temps. Lequel aurait donc autorité pour revendiquer la protection d’Hadopi ?
    La réponse pourrait alors être jouée au poker ou au 421 en y associant cet aspect ludique si prisé des élèves dans leur apprentissage.
    Accessoirement ils pourront conseiller pédagogiquement la lecture d’un bon article et sans enfreindre l’Hadopi. Comme celui-ci par exemple :
    http://www.village-justice.com/articles/HADOPI-comme-oeuvres-Celine-Fretel,5316.html

    Enfin, la lecture de la lettre de Guy Môquet prendrait maintenant tout son sens en guise de conclusion ainsi que celle de l’article 35 de la Convention des Droits de l’Homme et du Citoyen qui est le fondement même de notre république ; l’article 1 étant aboli par l’Hadopi.

    Une pointe d’humour pourrait émailler les débats en narrant une des blagues dont on dit qu’elle circule dans les couloirs de l’assemblée nationale. On dit mais ça se trouve c’est même pas vrai car sinon cela pourrait tomber sous le coup du droit d’auteur. Il se dirait, donc, que le mammouth, comme le mouton, serait un animal à poil laineux. A poil laineux, A poil laineux A poil …
    Et de ne pas se priver de rappeler que, le mouton se disant kebir en arabe, l’aïd el kebir française, identité nationale oblige, se fête le 1er mai à la bastille et non pas le 21 juin comme tant d’élèves le croient encore.

    Qui peut désormais ne pas souhaiter que l’Hadopi soit intégrée au programme scolaire pour insuffler aux futures élites de la nation cet esprit démocratique qui fait la grandeur de cette identité nationale bientôt elle aussi à tous les programmes ?

    Sans aucun doute, Hadopi à l’école est la meilleure idée depuis Charlemagne.

    Meiji

    Reply
  2. Stephane

    @manu: en même temps, pour changer de modèle, il faut créer les conditions favorables à l’émergences de ce nouveau modèle. Avec Hadopi, tout est fait pour que ce ne soit pas le cas. On persiste dans une vieille logique. A l’égyptienne en somme…

    Reply
  3. Manu Alfonsi

    L’avantage de l’an -2000 av. J.C, c’est qu’ils avaient une proposition claire pour créer la rupture : l’alphabet. Alors qu’aujourd’hui on focalise tellement sur le ridicule de cette loi que personne n’a clairement en tête un modèle qui permette de sortir de celui actuel, qui clairement ne fonctionne plus.

    Sur quels principes construire un modèle viable et plus « équilibré » ?

    Une fois qu’on saura on pourra passer à la deuxième étape : changer de modèle…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *