Australie : tentative de synthèse

By | 16/03/2009

Une semaine, depuis une semaine je suis revenu en France. Toujours la même histoire : les paradoxes et malaises français. Jamais assez de douaniers à Roissy (le problème n’est pas de savoir s’il y a trop ou pas assez de fonctionnaires, mais leur répartition entre le fonctionnel et l’opérationnel. La réponse est, hélas, aveuglante..) sauf que nous avons été vérifiés une première fois à la sortie de l’avion. Pourquoi pas, je ne fais pas partie des chantres de la liberté à tout prix, mais en terme d’efficacité, nous avons donc eu deux contrôles successifs parfaitement redondants, chacun entraînant du délai sur le débit… Toujours la même histoire, je retrouve les grèves, les métros plus que bondés, Hadopi, la méfiance française qui se caractérise par l’amour immodéré de la polémique, les paradoxes d’un pays qui attend toujours plus de l’Etat tout en le combattant par tous les moyens. Arrêterons-nous un jour d’appuyer en même temps sur l’accélérateur et sur le frein? Arriverons-nous un jour à nous mettre en mode coopératif? Il faudra du temps, des larmes et du sang…

Revenons à l’Australie. Ma grande découverte sur ce pays est qu’il n’est pas américain. Il est une combinaison assez unique entre le dynamisme d’un pays neuf, mais qui se nourrit encore de ses racines. L’Australie est profondément Anglaise. Le pub de Mount Victoria, un de mes souvenirs les plus forts, où j’ai retrouvé l’ambiance communautaire des pubs Anglais (les « Dart » en moins :-), l’illustre parfaitement. Mais aussi la grande capacité des Australiens à parcourir la planète, à sortir de chez eux; et puis l’humour avec lequel ils caractérisent leur pays : « Down Under ». Imaginerait-on les Américains se nommer ainsi ?

australie09_139

L’Australie, découverte non pas par Cook en 1770, comme on le dit trop souvent, mais très probablement par Cristóvão de Mendonça en 1521, a cette image désastreuse de s’être construite à la force des poignets des bagnards Anglais. Je ne peux que conseiller l’extraordinaire livre de Robert Hughes, « The fatal shore », qui décrit ces « bagnards ». Issus d’une Angleterre devenue duale sous la pression de la révolution industrielle, ils n’étaient que des ouvriers qui se réfugiaient dans le gin, et que les bourgeois craignaient. La « mob », si chère aujourd’hui à Howard Rheingold, étant crainte, la solution était simple: l’exporter. La Virgine indépendante n’en voulant plus, l’Australie était devenue leur terre d’exil. Mais point de bandits parmi eux, des exclus, tout simplement. Une histoire banale chère à Watzlawic

australie09_144

Un pays neuf, mais qui n’a pas oublié ses racines culturelles. Je ne connais qu’un seul autre endroit au monde qui présente ces deux caractéristiques: le Quebec. L’Australie « Anglaise » et le Quebec « Français », deux cousins qui s’ignorent trop, faute d’un channel pour les réunir. La pangée a trop bien joué !

Pays intéressant par ses aborigènes: voici des peuples qui, pendant plusieurs de dizaines de milliers d’années, subsistent sur un continent sec, perpétuent des traditions orales, mais, selon les critères occidentaux, n’évoluent pas… Un choc qui est loin d’être amorti.

Alors, et l’Internet ? et l’innovation ? Tout a été dit, dans mes messages et ceux de Billaut.

  • Un pays qui est en retard en termes d’infrastructures, mais qui va le rattraper.
  • Un pays qui n’a pas peur d’innover; où les universités non seulement investissent dans des structures d’incubation, mais en plus créent des formations d’accompagnement sur les méthodes managériales.
  • Un pays pour qui l’apprentissage est d’abord collaboration, et qui comprend l’importance des outils modernes pour apprendre (le online d’une manière générale, les mondes virtuels ensuite). Je ne saurais trop que conseiller aux adultes qui me lisent d’envoyer les enfants sur ce site : « murder under the microscope« .
  • Un pays qui créé des start-up innovantes : SLCN, exitreality et vastpark entre autres, dans les mondes virtuels.
  • Un pays qui investit 25 millions de dollars par an pour chercher et enseigner sur les nouveaux médias, en particulier les mondes virtuels.
  • Un pays tout entier tourné vers le futur, tourné vers l’extérieur, et qui attire beaucoup (Allez voir sur le blog de Billaut les interviews des français installés sur place…).

Alors voilà, ce voyage aura été un succès. Je ne peux que remercier chaleureusement tous les Australiens qui nous ont accueillis, s’ils me lisent, qu’ils sachent mon entière gratitude. J’adresse un merci spécial à Mandy Salomon, du Smart Services CRC, qui a dépensé beaucoup de temps et d’énergie pour rendre ce voyage riche et passionnant. Nous lui devons son succès.

(Le seul point noir, que je voudrais oublier, a été la réaction du poste économique de Sydney, à qui j’avais demandé d’organiser un cocktail pour remercier les Australiens de nous avoir mis les meilleurs spécialistes, histoire de faire du networking, et qui m’a finalement proposé une salle de réunion et une adresse de traiteur « à 30 dollars par personne »… Mais bon, mettre bout à bout la compréhension du monde futur, internet, l’efficacité du business, et l’ouverture aux autres, c’est peut-être trop demander ? Je ne ferais plus, c’est sûr).

Ici, à Paris, je garde dans ma mémoire : l’extraordinaire gentillesse des Australiens, la dynamique du pays, leur peur de rien, leur ouverture au monde, le bon vin et la bonne bière; bref, tout une immense chaleur humaine qui sait regarder de l’avant et construire le monde de demain, le « digital down under » !

Et maintenant…

 

9 thoughts on “Australie : tentative de synthèse

  1. Pingback: Back Office Online » French Australian Digital Tour Down Under

  2. Pingback: Back Office Online » 2009 » mars » 24

  3. Christian SALLES

    Serge

    A mon tour de te remercier sincèrement, d’autant plus que je sais ce que représente l’organisation d’un tel tour en terme d’attention, de stress et de risque

    d’images. Il est clair qu’avec les Zozos à forte personnalité que tu as entrainé dans ce tour, ce n’était pas évident.

    Tant la French Delegation que nos amis australiens ont apprécié la franchise et la richesse de nos échanges et ce succés, indépendamment de nos

    interventions, nous te le devons bien à toi et à Mendy qui avaient tous les deux fait un travail remarquable.

    Pour le reste, je ne peux, comme toi que regretter la myopie et le manque d’opportunisme de nos corps constitués vis-à-vis de notre délégation qui a

    néanmoins servi de catalyseur, sous l égide de l’université Technologique de Melbourne à la première réunion de haut niveau et des échanges entre un

    représentant du premier opérateur Telecom d’Australie et un représentant du gouvernement.. Pour le reste je ne peux que reprendre une partie de ce que j’ai

    posté dans le blog de Jean Michel Billaut http://billaut.typepad.com

    Sur l’aspect I-Net

    Ce « French Australian – Digital tour – Down Under » a été remarquablement préparé et parfaitement exécuté par notre tour leader russophone, Serguei et sa

    complice Australienne, Mandy .Je m’associe donc avec enthousiasme à tes remerciements.

    Pour l’Université technologique de Swinburne à Melbourne La French Délégation aura joué le rôle de catalyseur en permettant pour la première fois une réunion

    au plus niveau du principal opérateur de Telecom, Telstra, et un représentant de l’état Australien. Au cours des échanges francs et directs, comme on dit

    dans le langage diplomatique. Les mots de « French Revolutionnaire », mais aussi de provocateur, auront ainsi été cité sans compter la loi HADOPI, qui fait

    apparaître la France, non comme le pays des droits de l’homme, mais comme le dernier pays ou des apparatchiks d’obédience communiste peuvent encore sévir.

    Ici on est rentré au XXI siécle. L’Australie a fait de l’éducation un formidable business. Indice révélateur L’Australie est le septième client à l’échelle

    mondiale de Cisco bien devant la France et l’Inde.Rappelons que Cisco a été crée il y a plus de 25 ans maintenant par un groupe d’Universitaire de Stanford,

    Cisco Systems est aujourd’hui le premier fournisseur mondial de solutions réseaux

    Au cours de mon 6 voyage ici , mon ressenti est que l’Australie, pays immense 16 fois la France, conserve la structure des échanges commerciaux d’un pays en

    voie de développement avec une exportation des matières premières ( notamment minerai, laine…) et importation de produit finis. Par contre, l’Australie a su

    convertir ses points de vulnérabilité en atout majeur.

    L’immigration asiatique relativement importante, notamment à la suite de la prise de contrôle de Hong Kong par la Chine, a été transformée en avantage

    compétitif pour mieux s’ouvrir et commercer avec la Zone Asie Pacifique. Les industries du tourisme, de l’éducation et des services financiers représentent

    maintenant plus des 2/3 du PIB. Le business de l’éducation (plus de 6 milliards d’EURO pour le seul état de Victoria- Voir le post Australie 7 sur

    l’E-Learning) et du cinéma ( Voir le post Australie 6 sur l Australian Film TV et Radio School), mais aussi des services financiers à valeur ajouté ( sur

    Internet) qui ont largement contribué à la croissance économique ininterrompu de ce pays depuis prés de 20 ans avec la plus forte croissance des pays de

    l’OCDE .Une croissance soutenue et continue de 3 à 4 % qui aura de de dégager un excédent budgétaire et d’effacer permis d’effacer la dette publique. Placer

    cote à coté un jeune français et un jeune australien , l’un a sur lui une dette publique de plus de 40.000 Euros ( le rapport Pébereau) quand l’Australien

    n’a aucune dette. Il est simple d’imaginer qui peut envisager l’avenir avec le plus de sérénité.

    L’absence de dette publique permet de mieux équiper les centres de recherche, les universités et notre délégation a pu constater les moyens « genérous dixit

    le patron de NICTA – l’équivalent de l’Inria » et de qualité dont chacun disposait ici. ( dans les écoles du Cinéma, ou le Mac dans les écoles de jeunes

    filles ). Il est évident que les jeunes français et autres thésards n’ont aucune envie de rentrer en métropole.

    Plus intéressant ici on privilégie l’homme, ce qu’il est , ce qu’il a fait..Il est intéressant de constater la métamorphose au sein même de notre délégation.

    A chacune de nos réunions, il fallait bien sûr faire une rapide présentation de notre équipe, et tout naturellement les notions d’entrepreneur ou de

    pionnier a été rapidement mis en avant plutôt que celle des diplômes. Un exemple à médite puisque l’état d’esprit est l’inverse du notre ou l’on a plutôt

    tendance à privilégier nos élites qui ne se trompent pas avec des effets plus ou moins dévastateurs et une certaine arrogance pleine de certitudes.. (les

    Giscard d’Estaing, Haberer, Fabius, Jaffre, et autre Meissier,… qui n’a d’égale que la myopie et le manque de vision à long terme de nos politiques plus

    préoccupés de conserver leur siège et privilège. Cette vision à horizon limité rejoint celles des dirigeants dont la gestion privilégie le court terme et la

    rentabilité.

    Je vous renvoie aux conclusions de Serge dans son blog dont je partage toutes les conclusions ..notamment sur la myopie de nos corps constitués locaux..

    On sent dans ce pays une dynamique du mouvement et de motivation, de remise en cause. L’Australie est entré dans la Digital Voir comment ce pays a su

    retourner ses sérieux handicaps ( éloignement, immigration asiatique massive, absence d’industrie de transformation) en avantage compétitif

    L’Australie, elle se donne les moyens d’affronter la nouvelle révolution économique après celle de l’imprimerie et de l’industrie.( je vous renvoie aux

    conférences de Jean Michel sur ce sujet.) Absence de dette, Préparation de l’avenir, éducation poussée dans les nouvelles technologies, chomage réduit,

    croissance régulière ..autant d’ingrédients qui permettent à l’Australie de se projeter dans l’avenir et continuer sa progression régulière du PIB par

    habitant.. qui a maintenant dépassé celui de la France.. http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(nominal)_par_habitant
    Et compte tenu de l’abscence d’endettement, des moyens mis en place, de l’ouverture sur les économies asiatiques .. à mon avis ce n’est qu’un début..

    Reply
  4. Christian SALLES

    Serge

    A mon tour de te remercier sincèrement, d’autant plus que je sais ce que représente l’organisation d’un tel tour en terme d’attention, de stress et de risque d’images. Il est clair qu’avec les Zozos à forte personnalité que tu as entrainé dans ce tour, ce n’était pas évident.

    Tant la French Delegation que nos amis australiens ont apprécié la franchise et la richesse de nos échanges et ce succés, indépendamment de nos interventions, nous te le devons bien à toi et à Mendy qui avaient tous les deux fait un travail remarquable.

    Pour le reste, je ne peux, comme toi que regretter la myopie et le manque d’opportunisme de nos corps constitués vis-à-vis de notre délégation qui a néanmoins servi de catalyseur, sous l égide de l’université Technologique de Melbourne à la première réunion de haut niveau et des échanges entre un représentant du premier opérateur Telecom d’Australie et un représentant du gouvernement.. Pour le reste je ne peux que reprendre une partie de ce que j’ai posté dans le blog de Jean Michel Billaut http://billaut.typepad.com

    Sur l’aspect I-Net

    Ce « French Australian – Digital tour – Down Under » a été remarquablement préparé et parfaitement exécuté par notre tour leader russophone, Serguei et sa complice Australienne, Mandy .Je m’associe donc avec enthousiasme à tes remerciements.

    Pour l’Université technologique de Swinburne à Melbourne La French Délégation aura joué le rôle de catalyseur en permettant pour la première fois une réunion au plus niveau du principal opérateur de Telecom, Telstra, et un représentant de l’état Australien. Au cours des échanges francs et directs, comme on dit dans le langage diplomatique. Les mots de « French Revolutionnaire », mais aussi de provocateur, auront ainsi été cité sans compter la loi HADOPI, qui fait apparaître la France, non comme le pays des droits de l’homme, mais comme le dernier pays ou des apparatchiks d’obédience communiste peuvent encore sévir. Ici on est rentré au XXI siécle. L’Australie a fait de l’éducation un formidable business. Indice révélateur L’Australie est le septième client à l’échelle mondiale de Cisco bien devant la France et l’Inde.Rappelons que Cisco a été crée il y a plus de 25 ans maintenant par un groupe d’Universitaire de Stanford, Cisco Systems est aujourd’hui le premier fournisseur mondial de solutions réseaux

    Au cours de mon 6 voyage ici , mon ressenti est que l’Australie, pays immense 16 fois la France, conserve la structure des échanges commerciaux d’un pays en voie de développement avec une exportation des matières premières ( notamment minerai, laine…) et importation de produit finis. Par contre, l’Australie a su convertir ses points de vulnérabilité en atout majeur.

    L’immigration asiatique relativement importante, notamment à la suite de la prise de contrôle de Hong Kong par la Chine, a été transformée en avantage compétitif pour mieux s’ouvrir et commercer avec la Zone Asie Pacifique. Les industries du tourisme, de l’éducation et des services financiers représentent maintenant plus des 2/3 du PIB. Le business de l’éducation (plus de 6 milliards d’EURO pour le seul état de Victoria- Voir le post Australie 7 sur l’E-Learning) et du cinéma ( Voir le post Australie 6 sur l Australian Film TV et Radio School), mais aussi des services financiers à valeur ajouté ( sur Internet) qui ont largement contribué à la croissance économique ininterrompu de ce pays depuis prés de 20 ans avec la plus forte croissance des pays de l’OCDE .Une croissance soutenue et continue de 3 à 4 % qui aura de de dégager un excédent budgétaire et d’effacer permis d’effacer la dette publique. Placer cote à coté un jeune français et un jeune australien , l’un a sur lui une dette publique de plus de 40.000 Euros ( le rapport Pébereau) quand l’Australien n’a aucune dette. Il est simple d’imaginer qui peut envisager l’avenir avec le plus de sérénité.

    L’absence de dette publique permet de mieux équiper les centres de recherche, les universités et notre délégation a pu constater les moyens « genérous dixit le patron de NICTA – l’équivalent de l’Inria » et de qualité dont chacun disposait ici. ( dans les écoles du Cinéma, ou le Mac dans les écoles de jeunes filles ). Il est évident que les jeunes français et autres thésards n’ont aucune envie de rentrer en métropole.

    Plus intéressant ici on privilégie l’homme, ce qu’il est , ce qu’il a fait..Il est intéressant de constater la métamorphose au sein même de notre délégation. A chacune de nos réunions, il fallait bien sûr faire une rapide présentation de notre équipe, et tout naturellement les notions d’entrepreneur ou de pionnier a été rapidement mis en avant plutôt que celle des diplômes. Un exemple à médite puisque l’état d’esprit est l’inverse du notre ou l’on a plutôt tendance à privilégier nos élites qui ne se trompent pas avec des effets plus ou moins dévastateurs et une certaine arrogance pleine de certitudes.. (les Giscard d’Estaing, Haberer, Fabius, Jaffre, et autre Meissier,… qui n’a d’égale que la myopie et le manque de vision à long terme de nos politiques plus préoccupés de conserver leur siège et privilège. Cette vision à horizon limité rejoint celles des dirigeants dont la gestion privilégie le court terme et la rentabilité.

    Je vous renvoie aux conclusions de Serge dans son blog (http://blog.almatropie.org/2009/03/australie-tentative-de-synthese/ ) dont je partage toutes les conclusions ..notamment sur la myopie de nos corps constitués locaux..

    On sent dans ce pays une dynamique du mouvement et de motivation, de remise en cause. L’Australie est entré dans la Digital Voir comment ce pays a su retourner ses sérieux handicaps ( éloignement, immigration asiatique massive, absence d’industrie de transformation) en avantage compétitif

    L’Australie, elle se donne les moyens d’affronter la nouvelle révolution économique après celle de l’imprimerie et de l’industrie.( je vous renvoie aux conférences de Jean Michel sur ce sujet.) Absence de dette, Préparation de l’avenir, éducation poussée dans les nouvelles technologies, chomage réduit, croissance régulière ..autant d’ingrédients qui permettent à l’Australie de se projeter dans l’avenir et continuer sa progression régulière du PIB par habitant.. qui a maintenant dépassé celui de la France.. http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(nominal)_par_habitant
    Et compte tenu de l’abscence d’endettement, des moyens mis en place, de l’ouverture sur les économies asiatiques .. à mon avis ce n’est qu’un début..

    Reply
  5. Christian SALLES

    Bonjour

    J’ai peur d’avoir un avis divergent de celui de Jean Luc..et j’ai parcouru au moins autant sinon plus de Km de par le monde. En moto aux Etats-Unis, en station Wagon en Australie ..mais aussi en train en Inde et au Cachemire,A pied dans l’Himalaya..au Nepal, dans les temples et chez les Ermites à plus de 4500 mètres d’altitude en 4X4 avec les bédouins au Yemen, en Egypte en ane, en chameau et en train.. dans d’autres pays en Afrique Zimbawe, Kenya, Madagascar , Norvége, Suéde, Danemark mais aussi au Bresil, en Argentine.. mais aussi de façon atypique, les canaques de nouvelle calédonie, Wallis et Futuna ou Tahiti..

    Certes on peut s’apitoyer sur le sort de poussins ou sur celui des aborigènes au même titre que le comportement de nos esclavagistes bretons et du commerce du bois d’ébène . Moi aussi je me suis senti mal à l’aise à Ayers Rock quand je vois des aborigènes alcoolisés.. ou dans les réserves indiennes de l’Arizona ou de l’Utah..

    Une fois que l’on a dit cela qu’est ce que l’on fait ..On ne construit rien sur des apitoiements..L’Australie a fait des excuses publiques, Le film « Australia » évoque assez bien et sans complaisance l’attitude intégriste de l’Eglise anglicane et de l’aristocratie anglaise hautaine, renfermé et ses comportements puritains..

    Je ne vois pas dans le post de Jean Luc de traces sur l’avenir de l’homme. Il ressemble à bien des routards, baba cool certes, peace and love.. mais finalement assez égoïstes pour ne pas avoir d’enfant et continuer à vivre seul leur passion du voyage.. ( au dépens parfois de la société civile dont ils touchent les subsides..) . J’ai rencontre des RMI’s routard ..

    Une fois que l’on a dit çà ..que fait on ? Pour ma part, je crois que l’Australie a, vis-à-vis des générations futures, une attitude plus responsable que celle des nos dirigeants hexagonaux.. La dette publique par enfant est égale à zéro quand chez nous elle est de 40.000 Euros..

    Certes le RMI est une mesure généreuse.. mais aussi perverses.. savoir que dans une ile qui a récemment fait l’objet de grèves , 25% de la population active touche le RMI cela conduit à des comportements oisifs.. En Australie, le taux de chômage est beaucoup plus faible que le notre. On y trouve facilement du travail .. et bien payé..

    Ne soyons pas utopistes, osons affronter l’avenir .. La population mondiale augmente de 350.000 naissances chaque jour pour 150.000 décès, soit 200.000 hommes à nourrir.. c’est beaucoup plus que vos 5000 ovins.

    Je préfère les pays qui appréhendent et gèrent cette dure réalité aux récriminations des gosses de riches de nos pays bourgeois bohèmes qui peuvent s’offrir une consommation de carburant de 100.000 Km en voiture.. Je vous laisse calculer votre équivalent carbone à raison 1 kg de carburant liquide = 0.8kg de carbone.En CO2 il faut multiplier par 3.67. les conclusions de ce chiffre ne concerne pas que les malheureux ovins ..mais nous concerne tous…

    Bon voyage et Bonne conscience..

    Reply
  6. Jean-Luc

    Quel enthousiasme ressent-on en lisant ce compte rendu de voyage !
    J’ai un point de vue sensiblement différent sur ce pays après y avoir passé deux mois à circuler (18 000 km d’ouest en est du sud au nord) en voiture avec mon épouse ; c’était la huitième et dernière étape de nos « zigzags en voiture à travers du monde », un périple de 100 000 km en voiture, la plupart du temps en solitaire, ce qui permet de rencontrer beaucoup de monde, et surtout hors des sentiers battus et des régions touristiques.
    Pour nous l’Australie ce sont de belles merveilles naturelles… mais sans comparaison avec celles de l’ouest américain (grand canyon, monument valley, Bryce canyon, arch natl park, les déserts du nouveau mexique et du nevada, yellowstone etc etc), sans comparaison avec le très beau sahara (tibesti etc…) sans comparaison avec les plages des antilles de la dominique à Tobago, à los Roques, aux aves etc etc… où il n’y a ni requins ni méduses venimeuses.
    La seule merveille que je connaisse en Australie est la grande barrière de corail où il faut reconnaître que le spectacle est exceptionnel…
    Mais il y a des coraux tout aussi magnifiques dans les îles de la société… sans les méduses… sans une côte bétonnée façon costa brava en plus moderne et en plus haut, de Brisbane à Sydney, Melbourne et Adelaïde…
    Pour qui veut avoir une vision plus réaliste du bush et de ses modernes habitants, je conseille aussi la lecture de « Dead end » (2006) de l’excellent Douglas Kennedy (mal traduit en français sous le nom de « cul de sac »).
    Ce qu’il décrit correspond mieux à la réalité de la vie dans le bush. Beaucoup de gens assez rustres que je rapprocherais plus des américains du kentucky profond que de ceux de la silicon valley…

    Et il faut quand même regarder les faits: les australiens sont coupables de génocide ; ils ont pratiquement rayé de la carte du monde les aborigènes et leur ont pris leur pays. Cette situation est pire que celle des indiens en amérique car il est INTERDIT de pénétrer dans de nombreux villages aborigènes.La langue de bois sur ce sujet est vraiment colossale… Les rares personnes qui acceptent d’en parler après avoir fait connaissance, n’en parlent qu’à voix basse tellement le sujet est tabou ; du jamais vu à mon avis à l’époque actuelle. Creusez le sujet sur internet et vous serez surpris…

    Oui l’Australie a une super image et comme tout le monde, nous l’avons abordée avec un préjugé hyperfavorable… et nous avons du réviser notre jugement. Une administration type british avec une couche de procédures supplémentaire qui fait FUIR les entrepreneurs dans la tech en Californie du fait des réglementations insensées dans leur pays sur les conditions d’importation de la main d’œuvre et des marchandises (le gouvernement essaye de les faire revenir sans grand succès).
    Une hypocrisie du pays tout entier quand on sait qu’il utilise l’image greenpeace pour sauver quelques baleines et quelques phoques alors qu’il est le SEUL pays du monde à exporter des millions d’ovins VIVANTS par bateau vers les (riches)pays musulmans dans des conditions où ils se satisfont si moins de 5% meurent en route soit 5 000 ovins morts sur un bateau comme le « Al Shuwaik » qui en transporte 100 000 par voyage ….
    Ce ne sont que quelques exemples de cette hypocrisie ambiante basée sur l’égoïsme et la langue de bois.
    Nous avons parlé avec beaucoup de personnes et nous nous sommes fait des amis dans ce pays… mais connaissez vous le niveau des retraites dans ce pays où les nouveaux riches (principalement des fortunes qui viennent de l’industrie minière) pavanent et méprisent leurs concitoyens plus que dans n’importe quel autre pays du monde ? La retraite équivalent de la sécu chez nous est moins de la moitié de ce qu’elle est en France… Et ceux qui trouvent que la politique française de l’immigration est restrictive devraient aller en Australie pour voir !!!! Hallucinant !

    Et on peut continuer comme cela « on and on.. »

    Non, il faut arrêter avec l’Australie ; Economisez votre argent, évitez l’Australie mais allez plutôt en Mongolie, en Ouzbekistan, en Argentine, en Antarctique, dans l’Ouest américain … ou peut être en Alaska, c’est là où nous allons en mai nous promener en voiture pendant deux mois… après avoir récupéré notre voiture à San Francisco

    Reply
  7. Monique Panheleux

    Bonjour,

    Merci pour vos posts sur votre voyage quasi « initiatique » en Australie avec Jean-Michel !
    Je n’ai pas l’impression que vous ayiez eu le temps de visiter des communautés aborigènes et connaitre leurs cultures et leurs peintures.
    Vous êtes sur les réseaux, les échanges, les débits, les liens finalement. Notre monde occidental et « développé » aussi. Je ferai ainsi un rapprochement avec cette peinture aborigène : elle parle des gens, de leur vie, des liens avec la nature, les rêves, etc… N’hésitez pas à aller dans les galeries parisiennes par ex :la galerie Yapa- http://www.artaborigene.com/sitev2/artaborigene.php?page=catalogue, (il n’y en a pas beaucoup en province en général, Nantes en particulier…)et laissez-vous porter par les couleurs et les messages !
    Nota : avez-vous lu « Cul de Sac » de D. Kennedy ? Ca pourrait – toutes choses égales par ailleurs ! vous rappeller votre périple à vous et à toutes les personnes du groupe.
    Merci encore pour vos billets. MPwestern

    Reply
  8. dominique

    Pour y avoir passé un an, je confirme vos impressions. C’est un pays magnifique, plein d’énergie où on cotoîe toutes sortes de nationalités et où l’apprentissage ne se conçoit que sous une forme collaborative.

    Reply
  9. JM Planche

    Sans oublier que l’Australie est l’un des pays qui subi, peut être le plus durement, nos incivilités écologiques. Tu étais à un des endroits sur la planète où l’épaisseur de la couche d’Ozone est la plus faible.
    Résultat, (et je ne parle pas des terribles incendies qui ont ravagé le pays juste avant votre voyage) … je ne pense pas que tu aies vu beaucoup de gens se faire bronzer pendant des heures sur la plage …
    Les enfants se badigeonnent de crème, qui se vend là bas au litre et sortent plus couverts sous le soleil que nos arrières grands pères quand ils allaient en Bretagne au début du siècle.
    Quant aux aborigènes, c’est pour moi une source infinie d’admiration … comment font ils pour résister, sans tous les moyens des « blancs » …

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *