Le marché du social lending est dans la tourmente aux US…

By | 07/12/2008

En France, enfin, arrive le social lending (prêts d’argent entre particuliers): FriendsClear vient d’ouvrir ses portes, ou plutôt, son site web. Nous ne pouvons que nous en réjouir : ce nouveau type de business, qui met en relation les préteurs et les emprunteurs dans une place de marché, est un type de business nouveau qui semble avoir plein d’avantages: un modèle communautaire, la confiance qui s’installe, les statistiques qui sont publiées, les particuliers qui trouvent de l’argent là où les banques ne prêtes plus; bref la combinaison intelligente de la tontine et d’ebay.

Seulement voilà, le social lending aux Etats-Unis tourne à la catastrophe : Prosper rentre dans une « période tranquille« , ce qui a priori signifie l’absence de publicité, mais en fait Prosper n’accepte plus de listings, est en face d’une class action lawsuit pour « unregistered securities« ,  vient de payer une amende de 1 millions de dollars, et donc des questions se posent sur son existence; Zopa ferme aux US; Loanio, ouvert le 1er octobre 2008, vient de fermer; seul LendingClub résiste. Pourquoi ? C’est le seul à être en règle avec la SEC, le gendarme de la finance aux US…

Aux Etats-Unis, toute offre de prêt doit être enregistrée auprès de la SEC. De tous les sites, seul LendingClub a fait cet effort, après avoir été, lui aussi, dans une « période calme ». Les autres sites ont négligé le problème. Difficile de dire si c’est pour aller vite, si c’est volontaire, bref quelle en est la vraie raison.

Dans cette période de tourmente financière, on voit bien s’exprimer le tiraillement entre plus de réglementation ou plus de libre échange. Les banques étant devenues frileuses, le marché du social lending a tout pour devenir une alternative précieuse. A condition que la réglementation ne le tue pas, ce qui est tentant dans un monde où, surtout aux Etats-Unis, le manque d’une réglementation intelligente a montré les limites du système.

C’est une affaire à suivre de très près.

 

3 thoughts on “Le marché du social lending est dans la tourmente aux US…

  1. Sebastien

    Je pense que Jean-Christophe est dans le vrai.
    Et nous aussi à P2PInvest.fr nous avons choisi de pas être une instituion bancaire et nous définissons plutôt comme une agence de rencontres autour du prêt entre particuliers. Seule la réglementation des prêts entre particuliers entre en compte dans notre cas.
    Ce qui nous simplifie la vie mais aussi celle de nos adhérents.

    Sebastien
    http://www.p2pinvest.fr

    Reply
  2. Jean-Christophe

    Bonjour Serge,

    C’est parce que les tracas règlementaires sont légion (en France comme ailleurs) que nous avons choisi une autre voie pour FriendsClear.

    Contrairement à Prosper, FriendsClear n’est pas une place de marché : ce qui fait que nous ne sommes soumis à aucune règlementation de type bancaire.

    Une de nos sources d’inspiration a été CircleLending (devenu Virgin Money US durant l’été 2007 http://www.virginmoneyus.com/) et qui se porte très bien, loin des tracas de l’administration américaine :)

    J’espère une même quiétude juridique en France pour FriendsClear ! Parce que ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir propager le prêt en P2P à travers le monde : c’est une si belle idée qui donne un peu d’air frais, non ?

    Reply
  3. Briac

    Salut cousin! ;)
    Au canada c’est IOU qui ferme temporairement ses activités pour se régulariser avec la loi.
    En même temps, à quel point le social lending peut être un danger pour nos économies? Parce que j’imagine que quand on met en relation directe les individus on a plus de taux de réserve comme une banque et donc on ne participe plus au processus de création d’argent!
    Et si on imagine une grande partie de la population utilisant ce système, hop, plus de création virtuelle de richesse et plus de croissance?
    Il faut bien qu’on spécule sur nos capacités productives, qu’on offre de l’argent qui n’existe pas pour investir et se développer sinon on entre dans un monde de troc, de transfert de propriété, et de croissance zero, non?

    Qu’est ce qui se passe si on fait tous ça, en même temps, partout dans le monde? ;)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *