Pensée linguistique

By | 23/05/2008

Vendredi dernier, je déjeunais avec Didier Lambert, qui a soulevé pendant le repas un problème linguistique intéressant : c’est une erreur de traduire « Virtual World » brutalement par « monde virtuel ». Didier propose plutôt d’utiliser l’expression « monde potentiel ».

A y regarder de près, la proposition est intéressante. L’appellation monde virtuel met l’emphase sur le côté virtuel tant décrié par beaucoup, qu’il met alors en opposition avec le réel, obérant toute possibilité de coopération des deux.

J’entends aujourd’hui avec amusement les commentaires fuser sur les mondes virtuels : « on s’y perd », « c’est ludique », « c’est dangereux », « c’est inutile », bref mot pour mot tout ce qu’on disait du Web en 1996 – 1999 (au détail près que, concernant second life, personne n’ose dire que le minitel l’avait déjà inventé. Tout juste quelques rares se souviennent du deuxième monde). La perle étant l’intervention d’une personne du public, lors d’une présentation sur les possibilité de travail collaboratif qu’offrent les plateformes virtuelles, « finalement, ce n’est qu’une audio-conférence illustrée par des avatars » (sic).

C’est donc bien en tant qu’outil de simulation que ces plateformes sont intéressantes. La simulation qui est, aujourd’hui, l’un des outils nécessaires pour aborder la complexité du monde. Sans simulation, nous n’avons pas le temps, ni la possibilité, de parcourir tous les chemins du graphe, même lorsque le graphe est simple.

Il s’agit bien de comparer les possibilités technologiques des plateformes, en tant qu’outils au service des entreprises. L’existence des mondes plutôt orientés « social » (there.com Hipihi Entropia SL etc..) est une opportunité pour certaines applications. Qui oserait aujourd’hui se plaindre de l’existance d’un lieu où il est possible de rencontrer des partenaires, des citoyens, des clients potentiels? lesquels sont, il faut se l’avouer, effectivement plus intéressants que les clients virtuels.

 

3 thoughts on “Pensée linguistique

  1. Olivier Auber

    Bonjour Serge,
    il faut en effet travailler la sémantique, et de manière urgente!!!

    Par exemple, dans la vulgate, le terme “réseaux sociaux” désigne Facebook et consorts. Cela me paraît être un symptôme d’une très grave confusion sémantique.

    Dire “réseaux sociaux” au sujet de Facebook, etc., c’est confondre la carte et le territoire. Ce ne sont que des “sites sociaux” (au mieux), et tant qu’on emploie cette dénomination impropre, on est incapable de se rendre compte qu’il existe d’autres manières de faire des cartes, et on continue à se faire refiler la même came…

    Quand on dit n’importe quoi, on fait aussi n’importe quoi!

    GAME OVER
    Changeons l’Internet!
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=40935

    Au plaisir de te revoir :-)

    Reply
  2. Pingback: metagangz » Blog Archive » Définition du métavers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *