Philippe Rosedale à Paris

By | 25/04/2008

Philippe Rosedale, fondateur et chairman of the board de Linden Lab, l’entreprise qui a créé Second Life, nous a fait le plaisir de venir discuter cet après-midi devant quelques personnes sur sa société, sur second life, et les mondes 3D. Merci à Robert Vinet qui a posé des question intéressantes et a lancé un débat de qualité.

Billaut vient de mettre la vidéo sur son blog, mais voici à chaud quelques moments forts.

Sur la société : 250 employés, 6 bureaux (SFO, Boston, Seattle, Mountain View, Davis, et Brighton en Angleterre), profitable depuis peu. Vient de changer de CEO, comme il est d’usages aux États-Unis, le fondateur ingénieur et visionnaire laisse la place à un manageur.

Les revenus viennent de deux sources : les ventes directes, et la planche à billets de Linden dollars. EN terme de partenariat, il est souvent sollicité par des marques, ou des fournisseurs de contenus, mais n’est intéressé que par les partenariats technologiques. Actuellement, IBM est le seul partenaire technologique.

Sur la grid : un réseau de 18.000 serveurs, entre Dallas, San Francisco, et Phoenix. Un pic d’usage à 14h heure du Pacifique: 10Gb/Sec de traffic, 1MWatt consommé. Ils font des tests pour utiliser S3 et EC2, mais qui ne se révèlent pas encore concluants. Philippe veut que la Grid s’ouvre plus en Europe, c’est une des raison de son partenariat avec IBM.

Sur la technologie : le client reste open-source, mais pas le serveur. Linden Lab (Philippe a plusieurs fois dit que c’était une entreprise de logiciel et de services) va bientôt publier une road-map de l’évolution des serveurs, des API, des web services. Côté client, Mono devrait remplacer le langage de script actuel. Mais ce dernier va continuer d’être supporté, car, dixit Philippe « il y a des centaines de millions de scripts qui se promènent dans Second Life ». L’interface s’améliore, avec l’introduction de Dazzle. Le client « crashe » beaucoup parce qu’il repose sur OpenGL, moins stable que DirectX sous windows.

Sur l’évolution du produit, les trois axes prioritaires sont les suivants :

  • soulager le client pour qu’il soit plus facile à installer, avec un ligne de mire une version web
  • améliorer le design de l’interface pour qu’elle soit « belle comme un Ipod! » (sic)
  • Améliorer le moteur de recherche

Interrogé sur le rôle de Linden Lab dans Second Life, Philippe souhaite que la compagnie se défocalise de son rôle de régulateur, et se concentre sur la technologie.

En terme de services, il veut plus de moyens de paiements diversifiés. Le système de billing actuel est un problème.

Sur l’interopérabilité, il renvoit au groupe de travail de l’architecture, tout en disant que l’interopérabilité des objets est quasi impossible. En revanche, ils vont développer une fonctionnalité d’import qui devrait bientôt être disponible.

Et dans 5 ans ??? « Nous serons entre 1000 et 2000 employés, et nous n’aurons pas été rachetés ».

Son dernier mot : « Second Life is the average of Human Dreams »…

 

2 thoughts on “Philippe Rosedale à Paris

  1. Pingback: Philippe Rosedale à Paris : transcription (25 avril 2008) « SL Camp

  2. Jahi

    pour ceux qui n’ont pu venir voir P. Rosedale en chair et en os, il y a aujourd’hui la possibilité d’en lire la retranscription complète en français et anglais sur le site du SLCamp: http://slcamp.wordpress.com …bonne lecture de ces échanges qui furent vraiment passionnants notamment sur l’avenir de l’Internet 3D… »the future is already here »

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *